Télécharger
l’édition n°854
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Concours national Swisstopo:
Des écoliers de Forel au top

Ce sont deux classes spéciales de Forel qui remportent Swisstopo, un concours national lancé par l'Office fédéral de topographie qui visait à recenser les traces d'animaux autour de leur école. Il s'agit d'une quinzaine d'élèves à haut potentiel qui se réunissent une demi-journée chaque semaine, pour des activités adaptées à leur niveau et des moments de partage. Une fenêtre essentielle dans leur programme hebdomadaire pour permettre à ces écoliers de stimuler leurs capacités et développer leur intelligence relationnelle et émotionnelle. Reportage.
Date:25.05.2017
Parution: 854

Au sommaire cette semaine

Opinion

Bon dos, la cohésion nationale.....

De quelle cohésion nationale parle-t-on lorsqu' un Schwytzois, pratiquant un idiome issu du vieux haut allemand, se retrouve pour une réunion à Zurich en compagnie d'un Graubundener germanophone? Aucune, évidemment. Ils finiront par s'entendre dans une approximation goethienne ou un jargon shakespearien.

Depuis quelques mois, on hurle au scandale car quelques cantons alémaniques veulent laisser tomber l'apprentissage du gaulois en primaire au profit de l'anglais. La révolte gronde au nom de la sacro-sainte cohésion nationale! Le destin de la Suisse serait-il en péril si tous les Suisses pouvaient converser dans une même langue véhiculaire tout en gardant leur langue maternelle?

Emmanuel Macron est le premier président français capable de s'exprimer couramment en anglais. Lorsque, à l'occasion de sa première visite à l'étranger, il a rencontré Angela Merkel, ils ont tous deux immédiatement conversé en anglais. N'est-ce pas là une illustration tangible qu'une langue partagée vaut tous les discours sur une pseudo cohésion? Pourquoi l'Espéranto considéré en son temps comme l'anti-mythe de Babel n'a-t-il jamais réussi à percer alors que, via le commerce, la finance, l'informatique, les variétés, l'anglais s'est imposé, quasi à l'insu du plein gré de tous?

Un anglais appris et maitrisé dans tous les cantons, comprenez un enseignement bilingue dès les premières classes alimenterait sans doute mieux une cohésion nationale, voire mondiale que n'importe quel stage chez le voisin. Et personne n'empêchera ensuite chaque canton de choisir sa 3e langue selon ses affinités.

L'enseignement bilingue français-anglais, italien-anglais ou suisse-allemand-anglais, est une question de bon sens.

Nina Brissot