Télécharger
l’édition n°928
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Pully: un coureur de l'extrême
livre ses secrets

William Gargiullo est un personnage extraordinaire. Coureur de longue distance, ce Pulliéran fait partie depuis 2018 du Grand Slam Club: avoir couru au minimum un marathon sur les 7 continents et le pôle Nord. À 64 ans, il parvient à se distinguer de façon éblouissante dans les défis les plus extrêmes de la planète. A peine revenu du Chili, où il achevait le marathon désertique le plus haut du monde, à 4'500 m d'altitude, il était l'invité de l'Association suisse des cadres. Non pas pour courir, mais pour raconter deux de ses exploits: le marathon le plus froid du monde, au pôle Nord par moins 31 degrés, et sa course des 100 kilomètres par moins 20 degrés en Antarctique. C'est au Geneva Centre for Security Policy, où William Gargiullo est chargé de missions, que cet athlète a livré les clés de sa méthode.
Date:06.12.2018
Parution: 928

Au sommaire cette semaine

Opinion

Le bonheur de la xyloglossie

En art, la xyloglossie peut s'avérer très utile. En 2005, Stefan Ansermet avait publié chez Castagniééé un xylo glossaire qui, face à certaines œuvres contemporaines, pourrait tout à fait en donner la meilleure définition. Voici comment ça fonctionne. Un petit livre, coupé en deux dans le sens horizontal. Sur chaque moitié de page, une phrase en lien avec l'art. Avec l'idée de paraitre intelligent, on prend sur une demi-page la phrase qui y est écrite. Ensuite on prend au hasard n'importe quelle autre phrase sur une autre moitié de page et ça donne quelque chose d'intello. Devant une toile à laquelle on ne comprend rien, on pourrait par exemple lire: «C'est pour concevoir un monde régi par...», et hop, on tourne une demi page, et on lit: «une ironisation subtile de la représentation». Mais si ça ne plaît pas trop, on en prend une autre, genre: «La contemporanéité ultime d'un regard froid». J'aime bien: «Une actualisation de la sensibilité», et pour la suite: «La pollinisation étatique des espaces culturels».

En politique, c'est encore plus simple. Il existe des tableaux qui, dit-on, circulent sous le manteau à l'ENA. Mieux, ils ont 4 cases, ce qui permet d'adapter, même des phrases longues, à toutes les situations. Et ça donne quelque chose du genre: 1. Et c'est en toute conscience que je déclare avec conviction que 2. La conjoncture actuelle 3. oblige à la prise en compte encore plus effective 4.d'un programme plus humain, plus fraternel, plus juste! Et toc

Ça fonctionne aussi en philosophie, en sciences, en société. Essayez. En français moins châtié, on appelle ça langue de bois. Elle a l'avantage de ne pas froisser ceux qui ne pensent pas comme vous...