Télécharger
l’édition n°817
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Armée à l'Hongrin : l'emprise

Cette année encore, l'armée suisse n'a pas accordé de pause à la place de tir de l'Hongrin, puisque le cours de répétition du bataillon de carabiniers 14 s'y est déroulé en juillet. Une situation quelque peu décriée par les restaurateurs et agriculteurs qui avaient l'habitude de pouvoir profiter d'une saison d'été sans les nuisances liées aux tirs. Pour mieux comprendre en quoi ce type d'emplacement est utile à la Grande Muette, Le Régional s'est glissé au milieu des 700 soldats engagés dans un exercice grandeur nature, soit un tir de bataillon. Enquête et reportage.
Date:25.08.2016
Parution: 817
Toutes les galeries photos

Au sommaire cette semaine

Opinion

Gardez votre fric!

Américain, naturellement, plutôt beau gosse, ce qui va bien dans le paysage et surtout Mister Proper, ce rôle adoré des amateurs de séries américaines. C'est le portrait d'Eric Ben-Artzi, officiellement un lanceur d'alerte. C'est lui qui a balancé les méthodes de fraudes comptables utilisées par la Deutsche Bank pour laquelle il travaillait (à la solde du fisc américain?) en 2008. Pour cette délation, l'homme avait droit à 8 millions sur les 55 millions d'amende infligée à la banque pour ces fraudes. Or, dans un geste de grandeur, Mister Proper les a refusés pour ne pas voler les gens. Bravo. Il a aussi pris la précaution de le faire savoir en publiant une belle lettre dans le Financial Times. On n'est pas héros si l'on est anonyme. Bravo encore, il faut des exemples.

Béate et admirative de tant d'élégance, je me pose quelques questions. S'il a su démonter les mécanismes de la banque pour frauder, quels arrangements souterrains a-t-il trouvés pour faire encore plus d'argent (invitations, conférences, conseils rémunérés)? Histoire, tout de même, de ne pas renoncer à une fortune pour un coup d'éclat au service du fisc et de l'administration américains? Mais c'est secondaire. Une question plus importante serait de savoir qui est volé lorsque la banque paie une amende de 55 millions dont une grande partie (avec son ex-femme ils ont droit à 16.5 millions) va dans les poches des délateurs? Bien sûr, voler et tricher n'est pas beau, mais sincèrement est-ce que vous croyez qu'aucune banque américaine n'a jamais triché?. Alors, pourquoi, seules les banques des autres continents sont-elles épinglées? Au pays du tout lucratif, toutes les méthodes sont permises. Y compris celles de nous faire avaler de bonnes salades, comme celle à la sauce Ben-Artzi. Nina Brissot