Télécharger
l’édition n°940
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Les valeurs humaines sont-elles compatibles avec le succès d'une entreprise?

Qu'est-ce qu'une entreprise locale, durable, humaine et prospère? C'est autour de cette question que des dirigeants économiques étaient invités à réfléchir et à partager leurs visions et leurs solutions dans le cadre des troisièmes Rencontres Horizon, organisées par Crêt Bérard à Puidoux. Parmi les invités, Jean-Pascal Bobst, CEO Bobst Group, fondé à Lausanne il y a 125 ans, Frédéric Hohl, directeur exécutif de la Fête des Vignerons 2019, et Sofia de Meyer, fondatrice d'Opaline-factory à Orsières. Facteurs clés du succès, selon eux: l'ancrage local, une vision claire et un engagement fort en termes de valeurs humaines et sociétales. Eclairage.
Date:14.03.2019
Parution: 940

Au sommaire cette semaine

Opinion

Un président muet? Quel bonheur!

Et pourquoi donc le fait d'être aphasique empêcherait un homme d'être président? Bouteflika ne parle plus? La belle affaire, il y a tellement de monde qui le fait pour lui. Le vieillard a ses réflexes neurologiques en blocage? En a-t-il vraiment besoin? Ceux qui veulent lui voir prendre un 5e mandat n'ont besoin que de son nom porté par un homme en vie. Et ça, pour l'instant, ils l'ont encore. Du moins c'est ce qu'ils disent et continueront certainement à le dire jusqu'aux élections. Et si c'était une chance pour les Algériens, un bien important. Avoir un président muet peut être relaxant. Pas un mot plus haut que l'autre, pas de grossièretés, pas de dérapages ou de fautes de langage. Une grande partie de l'Amérique est très jalouse de cette candidature. Bien des Américains seraient sans doute favorables à ce que leur président soit lui aussi victime d'un AVC provoquant une aphasie. Ce qui permettrait à son parti de pouvoir gouverner sans insultes, ni menaces, presque de bonne foi. C'en serait reposant pour l'ensemble de la planète. Une chose m'échappe toutefois dans le «réveil algérien». Un tel ras de marée dans la rue pour protester contre cette candidature montre un grand rejet du système actuel, une prise de conscience phénoménale que les choses peuvent changer. Pourtant, hormis Bouteflika, il reste 18 candidats en lice, mais pas une seule femme... Trop bavardes les femmes?