Télécharger
l’édition n°917
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Constitution du Valais:
Les sujets qui pourraient fâcher

Attention: débat d'idées, confrontations de grands principes et proclamation de valeurs communes en perspective. Avec des thèmes aussi sensibles que le droit de vote pour les étrangers, la place de la religion, les droits fondamentaux des individus ou encore la liberté d'expression et d'information. Voici quelques axes de la future Constitution du Valais, qui devra être complètement revue par les 130 citoyens que le peuple s'apprête à élire ce 25 octobre. Un travail de longue haleine qui suscite un engouement pour le moins inattendu, puisque près de 700 candidatures devraient être déposées d'ici au 1er octobre. Avec de nouvelles vocations, à l'image d'«Appel citoyen», mouvement indépendant lancé pour l'occasion dans le Chablais, et qui se positionne hors des clivages partisans. Durant quatre ans, cette assemblée Constituante devra poser des jalons pour les générations futures dans différents domaines, de l'aménagement du territoire aux structures des institutions cantonales, en passant par l'économie, la culture, l'écologie ou encore le tourisme. Explications.
Date:20.09.2018
Parution: 917

Au sommaire cette semaine

Opinion

A-t-il conscience de ce qu'il dit ?

Certes l'anecdote a déjà été traitée sur tous les tons. Lausanne a refusé la nationalité à un couple qui a refusé de serrer la main à des personnes de sexe opposé. Beurk! Toucher les mains moites de quelqu'un qui œuvre pour l'aider est quelque chose d'inconcevable pour des personnes dont les mœurs sont différentes. C'est un peu comme servir des vers avec le fromage en prétendant que c'est la preuve qu'il est bien fait (mûr, à point). Beurk, beurk, beurk. Mais alors, s'il est si dégoûtant de vivre comme ses congénères, dans quel but veut-on emprunter, pire, s'approprier leur nationalité? Et à quoi bon vouloir la leur donner? Episode clos.

Pas pour tout le monde, car ils existe sur la place publique lausannoise, un élu au Conseil communal, du nom de Conscience! Pierre de son prénom. Ce militant d'extrême gauche croit détenir ce que d'aucuns appelleraient la conscience du bon droit. Narcissique bravache, il est toujours à l'affût d'un sujet susceptible de faire parler de lui. Dans ce cas sans conscience, il déclare que «le serrage de main ne doit pas interférer dans le processus de naturalisation car cela viole l'égalité des droits!» N'a-t-on pas dans notre pays des droits et règles qui doivent être respectés? S'ils demandaient la nationalité Saoudienne, ils devraient même signer un papier qu'ils s'engagent à les respecter sans quoi ils seront condamnés et au bout de leur peine renvoyés! Mais monsieur Conscience à dû se rendre compte de l'inconscience de ses propos, alors, pour garder le devant de la scène, il s'inspire du cas Maudet et s'en prend à Broulis et à ses amis qui voyagent avec lui. Qui accordera du crédit à ce grandiloquent tartuffe? A part peut-être ceux qui l'ont élu en toute inconscience...