Télécharger
l'édition n°768
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Conducteurs de train sous pression

Les CFF ont-ils manqué de vision? Selon les régions, 10 à 50 conducteurs de train font chaque jour défaut pour faire face au développement de l'offre ferroviaire. Une situation, dénoncée depuis plus de cinq ans par les syndicats, qui pèse de plus en plus sur les conditions de travail des conducteurs, contraints à de fréquents sacrifices pour assurer le fonctionnement du réseau. Consciente de l'urgence de la situation et désormais forcée de recruter à l'étranger, l'ex-régie fédérale vient d'annoncer qu'elle n'offrira plus de temps partiels à ses nouveaux employés. Une mesure drastique qui pourrait encore accentuer la pression exercée sur les quelque 2'500 pilotes actuellement en service, dont le quotidien, qui a pourtant fait rêver des générations de petits garçons, ressemble déjà à une course contre la montre.
Date:27.08.2015
Parution: 768

Au sommaire cette semaine

Opinion

La diffusion quotidienne des habituelles mauvaises nouvelles n'a pas entamé la bonne humeur des vacanciers. Quelques décapitations par-ci, quelques bombes par-là, des explosions meurtrières, les usuelles chutes d'avions sans nécessairement pouvoir les imputer à un pilote suicidaire, sont autant de nouvelles qui sont passées comme des lettres à la poste sur les plages comme sur les crêtes. Il en faut plus pour déstabiliser les travailleurs en vacances. A moins qu'ils ne soient allergiques aux récurrences. Et là, il paraît que les dermatologues ont vu affluer une horde de vacanciers, couverts de pustules à fortes démangeaisons. Tous atteints par la grecolite!La grecolite est une maladie sournoise. Elle s'attrape lorsque le cerveau humain est soumis, généralement contre son gré, à une invasion d'informations. Toutes sont destinées à dire la même chose mais selon des avis différents. Son nom, grecolite, est dû aux conséquences du feuilleton médiatisé opposant la manière un brin anarchique de mener les affaires du pays en Grèce, face à une Europe qui vise la réglementation comme base de gouvernance. Il y a donc de quoi débattre et personne ne s'en prive. Toutes les chaines de télévisions, toutes les radios, tous les journaux suivent heure après heure, les frasques imaginatives du trublion Aléxis Tsípras, ou les coups de gueule d'un exaspérant Yanis Varoufakis. On leur oppose une Bruxelles anesthésiée, une Angela diabolisante et un FMI qui en a vu d'autres. Mais pour le simple vacancier, lorsque la zappette n'est plus capable de capter un autre feuilleton, pas même un vieux de Funès ou Les Bronzés, les cerveaux chauffent et ils attrapent la grecolite. Espérons que vous y avez échappé et bonne reprise.

Turpitudes estivales