Télécharger
l’édition n°823
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Assurances communales :
des deniers publics bien gérés ?

L'Accord intercantonal et la loi vaudoise sur les marchés publics existent depuis 20 ans. Pourtant, dans le domaine des services, les entités publiques ne l'appliquent pas toujours correctement ou rechignent parfois à s'y soumettre. Expert en marchés publics et éditeur du Guide romand des marchés publics, Patrick Vallat explique pourquoi les collectivités peinent encore à faire jouer la concurrence, mais relève aussi que la situation évolue dans le bon sens. La législation sur les marchés publics est claire: au-delà d'une valeur de 250'000 frs, avant de conclure un contrat d'assurances, comme pour tout autre marché de services, une commune doit procéder à un appel d'offres en procédure ouverte. Pourtant, certaines collectivités font encore fi de cette obligation. Quel intérêt y ont-elles et que risquent-elles ? Au-delà des aspects légaux, comment les autorités communales veillent-elles à une utilisation parcimonieuse des deniers publics ? Et comment s'organisent-elles pour gérer le domaine complexe des assurances? Enquête.
Date:06.10.2016
Parution: 823

Au sommaire cette semaine

Opinion

Ils ont dû fuir la guerre et la folie inhumaine des hommes. Les bombardements. La mort qui chaque jour virevolte enlevant parents, enfants, vieux, jeunes sans distinction. Ils ont dû accepter l'innommable de certains proches qui leur ont demandé de se saigner à blanc pour payer un hypothétique passage vers un Eldorado brossé à grands traits. Certains ont affronté la mer, les tentacules de la mort menaçant de les faire chavirer. Le chavirage. La perte des autres, un repêchage miraculeux. Puis ce sont les camps, la promiscuité, la perte d'autonomie, le désappointement par rapport à un Eldorado qui se transforme en enfer. Le dépaysement, le refus des autres de les accepter avec leurs coutumes et leurs cultures. Souvent, les migrants ont connu la faim.Or, à défaut de trouver un Éden, les migrants arrivent dans des pays de Cocagne dont ils ne connaissent pas l'usage. Ballotés, ils n'ont d'autres ressources que d'accepter ce qu'on leur donne. Et pour ceux dont le périple commence en Italie, ils sont mis au régime pasta ou pasta con pomodore, ou pasta della mamma, ou encore pasta all uovo. Résultat, selon une étude américaine publiée il y a deux ans et révélée par Le Matin Dimanche du 18 septembre, les pauvres migrants sont menacés d'obésité! Franchement, fallait-il affronter tant de malheurs pour se choper du surpoids en Europe? Pas juste la vie.

Nouveau danger pour les migrants !