Télécharger
l’édition n°833
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Noël oui, mais pas seul

Issu du milieu entrepreneurial, Mikael Karlström a repris la présidence de Caritas Vaud le 1er janvier 2016. Il applaudit les actions du type Noël pour tous, régulièrement organisées par des associations. Et souligne au passage l'importance du rôle des communes tout au long de l'année. Noël pour tous, Noël ensemble ou Noël du partage. Différents noms pour un même objectif, celui de proposer aux personnes seules ou défavorisées de profiter d'un repas chaud et d'une ambiance conviviale pour célébrer ensemble la fête chrétienne. Ces initiatives, émanant principalement d'associations, sont toujours plus nombreuses et accueillent davantage de monde à chaque édition. Des personnes dans le besoin ou souffrant de solitude participent de plus en plus volontiers à ces rendez-vous régionaux.
Date:15.12.2016
Parution: 833

Au sommaire cette semaine

Opinion

La permission d'être propriétaire

A qui est réservé le droit exclusif d'être propriétaire? A ceux qui en ont les moyens! Oui, mais à la condition qu'ils répondent aux règles de la Finma. Et qu'est-ce que la Finma? Une institution qui se veut autorité de surveillance du marché financier suisse. Sans arrêt, les banques s'y réfèrent pour certaines décisions. En matière hypothécaire, elle donne des directives aux banques et décide, en quelque sorte, si la Suisse peut être, ou non, un peuple de propriétaires.

La riche Helvétie compte 37,2% de propriétaires. La pauvre Roumanie en a 96,5%. La déclinante Espagne, 77% quant au Portugal qui prône l'austérité il est à 75%. Les habitants des pays de l'Est sont en moyenne propriétaires entre 67 et 94%. Voilà qui tord le cou à l'argument d'une pseudo corrélation entre la propriété et le niveau de développement...

Alors? Pourquoi la Suisse a-t-elle si peu de propriétaires? Tout simplement car, bien que riche, elle n'en a pas les moyens! Ah bon? Non! La Finma a fixé ses règles. Les intérêts hypothécaires ne doivent pas dépasser 1/3 du revenu. Admettons cette prudence. Mais le taux doit être calculé sur la base de 5% plus un amortissement variant entre 1 et 3%. Pourquoi? On vous rétorque qu'il faut anticiper une éventuelle hausse des taux. Dans ce cas, pourquoi les prêts réels sur 10 ans sont-ils à 1,5%?

L'immobilier suisse est cher. Un objet à 1 million exige 200'000 frs de fonds propres. Mais ensuite, un loyer à 5+1% sur 800'000 frs revient à 4'000 frs par mois. Tandis que le même loyer, calculé au prix réel soit 1,5+1% revient à 1'600 frs par mois pour 10 ans avec un petit amortissement de 1%. Donc un loyer inférieur à une location pour le même type de bien sur le marché. Veut-on encourager l'accès à la propriété ou les loyers chers?

Nina Brissot