Télécharger
l’édition n°849
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Séismes : faut-il trembler ?

Chaque année en Suisse et dans les pays voisins, 500 à 800 tremblements de terre sont enregistrés, mais 10 à 15 d'entre eux sont assez forts pour être ressentis. Canton le plus exposé, le Valais s'attend à une secousse sismique d'envergure dans les 20 prochaines années, même s'il est impossible de déterminer exactement quand elle surviendra, ni où se situera son épicentre. Afin de préparer les enfants et la population en général, un centre pédagogique de prévention des séismes a ouvert ses portes à la fin 2016 à Sion. Les visiteurs peuvent en expérimenter les sensations via un simulateur qui reproduit des secousses survenues dans le monde entier, à commencer par celles de Sierre en 1946, ressenties dans tout le pays. En la matière d'ailleurs, les frontières ne font pas barrage: bien que les probabilités soient moins élevées, le canton de Vaud n'est pas à l'abri. Tour d'horizon des risques, scénarios envisagés, comportements à adopter et mesures en place en cas de fort séisme.
Date:20.04.2017
Parution: 849

Au sommaire cette semaine

Opinion

Les concurrents de l'Impossible

Ainsi donc, nous voici arrivés à trois jours du terme de la campagne électorale présidentielle française. Et dimanche soir, nous saurons les noms des deux finalistes. La campagne électorale fut brève, paraît-il, pas assez, à mes yeux, pour masquer la vacuité des programmes proposés et la terrifiante médiocrité des candidats. On peut comprendre l'indécision des électeurs révélée par tous les instituts de sondages. Qui peut-on sérieusement choisir de placer seul à la barre pendant cinq ans, dans cette mer tempétueuse, infestée de récifs djihadistes, de Poutine, d'Erdogan et de Trump déchaînés? Fillion, le Pinocchio de la Sarthe, qui a perdu à jamais toute crédibilité ? Macron, la créature inventée par ceux qui ont si bien mené la France jusque-là, Mélanchon, le tribun enflammé, grâce à qui la France deviendrait en six mois un nouveau Venezuela sans pétrole et qui se fâche tout rouge quand on lui susurre que son programme ressemble beaucoup à celui de la Marine, la haine de l'autre en moins? Et, ne parlons pas d' Hamon, le gnome frondeur, de Dupont Aignan, le susceptible souverainiste, de Cheminade et ses projets lunaires, de Lassalle et ses chèvres, de Poutou et Arthaud, les antipodistes trotskistes, ou encore d'Assolineau, le mystérieux énarque...

Il y a des moments où nous pouvons être drôlement contents de vivre en Suisse. Bien sûr, nous n'avons pas la prétention d'être une grande puissance. Mais, au moins, nous, nous n'avons pas le souci de trouver tous les cinq ans un Être Providentiel. Mieux, nous pouvons même laisser Ueli Maurer aux Finances sans voir le FMI nous mettre sous tutelle.

Jean-Charles Simon