Télécharger
l’édition n°853
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Nouvel open air à Monthey: Quelle viabilité pour les petits festivals ?

Monthey verra naître les 19 et 20 mai le festival Irreversible, un open air avec notamment Superbus ou Sinclair en vedettes. Mais quelle est la viabilité d'un nouveau rendez-vous musical dans une région qui en compte déjà plusieurs, entre Lavaux, Riviera et Chablais, et où surtout, de gros événements comme le Bex Rock, le Leysin Rock ou le Pully For Noise ont disparu, faute de succès? Ce malgré de gros budgets – près d'un million de frs pour le Bex Rock et 850'000 frs au plus fort du Pully For Noise – et des poids lourds de la scène musicale à l'affiche, dont Simple Minds et Toto à Bex, ou James Brown, Midnight Oil et Bob Dylan à Leysin. Météo, programmation, finances: quels sont les critères qui font qu'un festival devient pérenne? Tentative de réponse avec ceux qui ont déjà essayé, avec plus ou moins de réussite.
Date:18.05.2017
Parution: 853

Au sommaire cette semaine

Opinion

La Suisse toujours chocolatée...

C'est bien connu, les Helvètes sont des fans de montres, de banques et de chocolat. Au lait svp, pour ne pas trahir la tradition. 75% des consommateurs de cette douceur la préfèrent lactée, laissant le cacao aux Belges et aux Français. Si les tablettes sont reconnues comme une carte d'identité pour les Suisses, ces derniers aiment aussi les barres. Depuis qu'un certain Camille Bloch, chocolatier à Berne se trouvant privé de ravitaillement en cacao et sucre en 1942 a inventé une pâte praline de noisette. Un goût nouveau. Excellent mais trop écœurant pour être consommé en tablette, Camille a alors inventé la barre. Non pas d'or, comme tout bon Suisse l'aurait souhaité, mais en «Ragusa». Une barre faite d'une fine couche de chocolat au sein de laquelle une masse proche du nutella donne une consistance un peu plus molle, et dans laquelle des milliers d'écureuils viennent glisser des noisettes.

Ragusa fête aujourd'hui ses 75 ans! Son nom vient de la ville Ragusa, devenue Dubrovnik en Croatie, où Camille Bloch avait des souvenirs de bonnes vacances. Un nom qui se prononce dans toutes les langues et qui, dès le départ, a rencontré un succès total permettant à cette entreprise familiale de grandir en toute liberté sans jamais entrer dans un groupe. Un ravissant empire construit de barres pourtant grignotées à travers le monde. Un lieu qui bientôt se visitera puisqu'en octobre un centre de visites sera inauguré à Courtelary où se trouve l'usine. Espérons qu'ils penseront à inviter Philippe Bouvard. La grosse tête adore le chocolat au point d'écrire dans Mille et une pensées: «Je rêve de meubles en chocolat que, entre les truffes de Noël et les oeufs de Pâques, on pourrait grignoter devant la télévision. Ainsi, la gourmandise fournirait-elle un prétexte au renouvellement périodique du décor intérieur».

Nina Brissot