Télécharger
l’édition n°871
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Trails et courses à pied:
Les drogués de l'effort

Le Montreux Trail Festival vivait sa 1re édition en juillet, avec des parcours allant jusqu'à 162 km. Baptême du feu aussi pour le Swiss Peaks Trail, reliant la Grande Dixence au Bouveret, sur 170 km, au début septembre. L'an prochain, les organisateurs verront d'ailleurs encore plus grand, avec la 360 qui traversera les Alpes valaisannes. Partout, les courses longues distances fleurissent et font de plus en plus d'adeptes. Un phénomène qui s'explique peut-être par le fait que la discipline, accessible à tous, procure des émotions et des sensations inhabituelles et extrêmes. Ne retenant que le plaisir ressenti dans le dépassement de soi et la traversée de superbes paysages, les trailers finissent toujours par en redemander. Décryptage.
Date:05.10.2017
Parution: 871

Au sommaire cette semaine

Opinion

Je ne suis pas curieuse mais j'aimerais bien savoir.....

Pourquoi, comme le confirme l'office fédéral de la santé, les réserves excédentaires des caisses maladie sont-elles de plus de 2 milliards? Pourquoi, alors que les Suisses consultent en moyenne 3,9 fois par an, contre 9,9 fois pour les Allemands, se retrouve-t-on avec une dépense de 8'000 francs annuels alors que nos solides voisins ne dépensent que 5'500 frs l'an pour 3 fois plus de consultations?

Pourquoi le bon peuple suisse admet-il d'emblée (attend-il) une naturelle augmentation des coûts chaque automne? Pourquoi, devant les cliniques, les places de parc réservées aux médecins sont-elles occupées par des Porsche, Mercédès, Cherokee, et autres BMW? Pourquoi une carte individuelle contenant le résumé de chaque consultation n'est-elle pas obligatoire pour éviter le tourisme médical? Pourquoi les normes de sécurité liées à la préparation, utilisation de certains produits et médicaments sont-elles infiniment plus élevées que par exemple aux Etats-Unis ou en Suède, exigeant ainsi des investissements démesurés pour les établissements de soins? Pourquoi le bourbier administratif devient-il de plus en plus opaque et glissant exigeant partout du personnel supplémentaire? Pourquoi des médicaments suisses, fabriqués en Suisse, sont-ils moitié prix en Europe? Pourquoi les adeptes du tabagisme (420 mios/an en Suisse) peuvent-ils faire supporter leurs coûts à la communauté et contaminer les autres en fumée passive? Pourquoi continue-t-on de croire qu'il n'y en a point comme nous, que nous avons les meilleures qualités de soins au monde alors qu'il n'est même plus possible d'avoir un médecin de service qui se déplace à moins d'être à l'agonie ? Pourquoi vu que c'est le patient qui finance sa santé, n'est-il pas possible de déduire l'entier des primes maladies exorbitantes que nous devons payer au lieu de quelques cacahuètes? Enfin, dernière curiosité, pourquoi donc est-ce que nos primes augmentent, ou faut-il compter avec l'équivalent d'un 2e loyer pour son assurance?

Nina Brissot