Télécharger
l’édition n°876
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Constructions scolaires :
Le casse-tête financier

D'ici à fin décembre, dix communes du Jorat devront voter une hausse de l'endettement de leur association scolaire, avec un plafond qui pourrait passer de 40 à 65 mios. Une mesure nécessaire pour leur permettre de financer les constructions de leurs collèges, s'élevant à près de 60 mios entre les sites de Mézières, Servion et Carrouge. De plus, la plupart seront forcées de passer par une augmentation de leur taux d'imposition, car depuis 2004, ces chantiers ne sont plus subventionnés par le canton. Cette formule ne semble pas idéale, comme le soulignait déjà un audit de la Cour des comptes en 2015. Explications, avec comparatif (voir image en fin de page) des coûts entre quatre projets scolaires importants – Jorat, Lavaux, Vevey et Bex – et leur impact sur le taux fiscal et l'endettement des communes concernées.
Date:09.11.2017
Parution: 876

Au sommaire cette semaine

Opinion

Il y a morale et morale...

Pisser dans une baignoire n'est sans doute pas inscrit dans les mœurs genevoises. Mais il y a sans doute des hommes qui trouvent cela plus facile. Question de visée peut-être. Par contre, y jeter une victime bien violentée et choquée pour amortir le jet, relève au mieux de la psychiatrie mais surtout d'une perversité crasse. Si, en plus, le pisseur est un islamologue de renommée mondiale, qu'il a même, en 2005, osé proposer un «Appel international à un moratoire sur les châtiments corporels, la lapidation et la peine de mort dans le monde musulman» adressé exclusivement aux hommes, alors tout s'explique.

Le traditionnel: «Faites comme je dis, pas comme je fais» entre ici en puissance dans tout sa splendeur. Le prêcheur, le professeur donneur de leçons, le maître de morale qui sait en parler sans la comprendre pourrait finir par tomber. Faut-il dire Dieu merci? Il a trouvé sur sa route des femmes à la morale heurtée mais qui ont eu le courage de parler. Des femmes dont il aurait abusé moralement et physiquement, en toute connaissance de cause. On pourrait même dire facilement grâce à sa belle gueule d'ange noir et ses airs de curé. Mais de curé prédateur. Capable de tout sous couvert de leçons particulières d'une certaine morale, la sienne.

Et si l'on inversait une fois les choses. Si les femmes prenaient sa parole à l'envers: «Faites comme je fais, et pas comme je dis». Elles se retrouveraient, quelque part, dans un cénacle réservé à ce sexe faible, pour lui inexistant et méprisable. Elles imagineraient, peut-être, un moratoire pour lapider Tariq Ramadan.