Télécharger
l’édition n°894
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

L'art peut changer des vies

Peinture, théâtre, graffiti ou même cirque: quelle que soit la forme de l'art, ses effets s'avèrent bénéfiques pour ceux qui s'y livrent. Différentes institutions l'ont compris, comme la Cité du Genévrier à St-Légier ou le Centre d'accueil pour les adultes en difficulté de Saxon, qui proposent des ateliers créatifs et artistiques à leurs résidents. À Monthey, l'hôpital psychiatrique de Malévoz a poussé le concept plus loin, inaugurant en 2015 un quartier culturel en son sein. Mais il arrive aussi que l'objet de la création importe peu. C'est le principe de l'art-thérapie, où la production artistique est un moyen et non une finalité. Exprimer des émotions ou des paroles enfouies, se sentir mieux, être valorisé ou carrément goûter à la liberté: tout un chacun, qu'il soit adulte, enfant, qu'il souffre d'un handicap ou non, réagit au contact de l'art. Reportage et témoignages.
Date:29.03.2018
Parution: 894

Au sommaire cette semaine

Opinion

Vous êtes mariés ? Bonjour les pigeons

C'est peut-être une terrible nouvelle pour l'IFD (Impôt Fédéral Direct). Ce repère d'employés d'administration avait trouvé une source de revenus, certes contraire à la constitution, mais admise par la «justice» pour remplir ses caisses. Un petit jeu presque aussi subtil que les cars postaux. Il suffisait de pigeonner ces idiots qui pensent encore que, pour fonder une famille, il vaut mieux se marier. Le manque à gagner va dépasser le milliard! Une vraie catastrophe.

Après des décennies de controverse, sans doute pris d'un remord tardif sorti on ne sait d'où, le Conseil fédéral a lancé un projet pour stopper cette discrimination fiscale. Les couples mariés devraient être taxés comme les concubins. Bonne idée. Du moins au départ. Les comptables ont vite sorti leurs calculettes pour découvrir qu'ils allaient, si la chose se faisait, perdre 1,15 milliard. En affinant, ce sont les 80'000 couples mariés dont les deux époux travaillent qui économiseraient près de 700 millions. Les 250'000 couples retraités et toujours mariés économiseraient 300 millions. Quant aux couples mariés mais avec un seul revenu - ils sont 370'000 - ils auraient 150 millions de moins à donner à l'IFD. Autrement dit, une perte pour Berne, mais un hold up de moins sur les familles.

Quoique... les calculettes ont cliqué dans tous les sens. Les concubins avec enfant verraient, dans ce modèle, leurs impôts prendre l'ascenseur en fonction des revenus. Ils n'auront plus droit aux mêmes réductions que les époux avec enfants. Quant aux familles monoparentales, elles vont continuer de trinquer. Une bonne vieille règle comptable ne dit-elle pas qu'il faut prendre le trop pour mettre au moins et ainsi trouver l'équilibre? Berne peut se rassurer, elle pourra toujours pigeonner mais constitutionnellement.