Télécharger
l’édition n°935
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Bus à la demande:
Peut mieux faire

Onze nouvelles lignes ont été lancées début décembre. Après deux mois d’exploitation, le réseau MobiChablais, qui dessert les communes d’Aigle, Ollon, Collombey-Muraz et Monthey, présente encore des faiblesses et suscite de nombreuses réclamations, même s’il est accueilli avec enthousiasme par les usagers. L’application des Transports Publics du Chablais, qui permet notamment de réserver une course à la demande, doit encore être améliorée. Des retards importants, ou pire, pas de bus du tout à l’arrêt pourtant sollicité, sont à déplorer. Le système d’achat et de contrôle des billets doit lui aussi être revu. Des erreurs de jeunesse qui devraient être corrigées progressivement d’ici à la rentrée d’août, rassure l’exploitant. Mais le bus d’Agglo n’est pas le seul à faire réagir les voyageurs. La liaison Monthey-Villeneuve mise en place pour la desserte de l’Hôpital Riviera-Chablais fait elle aussi ses premières gammes. Toutefois, la suppression de la ligne Saint-Gingolph-Aigle au profit de cette dernière ne fait pas l’unanimité. Tour d’horizon.
Date:07.02.2019
Parution: 935

Au sommaire cette semaine

Opinion

Lisez Le Régional

Un des grands succès de Stephan Eicher commence par «j'abandonne sur une chaise le journal du matin, les nouvelles sont mauvaises d'où qu'elles viennent»... Il est vrai qu'à part un vote très sérieusement moqué sur les cornes des vaches, par des voisins qui pourtant se tâtent sur l'instauration d'une démocratie directe, les nouvelles ne sont pas bonnes. Attentats, guerres, crises migratoires, scandales financiers, jugement de voleuses de brebis dans un abattoir, un Brexit qui n'en finit pas de ne pas sortir, l'actualité est assez hétéroclite. Que l'on s'inquiète de politique, de religion, d'alimentation, des pensées profondes, de philosophie, de hobbies ou de son voisin malade, il y a toujours matière à s'inquiéter. Quelles qu'elles soient et d'où qu'elles viennent, les nouvelles nous entrainent dans une spirale souvent désespérante. Mais on les écoute d'une oreille distraite en se brossant les dents ou on les lit en diagonale en buvant un café. D'ailleurs, pourquoi s'en faire? On nous dit qu'on ne va rien changer et dans le même temps on nous dit que le monde change à une allure vertigineuse. Les réseaux sociaux ont accéléré encore ce vertige des pseudo informations qui arrivent même lorsqu'il n'y a rien dire. Que faire? On ne peut même plus abandonner sur une chaise le journal Le Matin. Reste à boire son café tranquille et reprendre Le Régional. Les nouvelles ne changent pas de toute la semaine et il y en a même des bonnes.

Nina Brissot