Télécharger
l’édition n°867
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

A Vevey, à vélo...

PARTENARIAT / Mobilité Le 9 septembre, la Place du Marché accueille la Journée de la mobilité. Il faudra utiliser la force des mollets pour tester vélos en libre-service et vélos-cargos mis à disposition. Egalement de la partie, la bourse aux vélos.

Les cargos-vélos à assistance électrique se prêtent aussi bien au transport des enfants que de marchandises.

Sandra Giampetruzzi

Bécane, biclou, cycle, bicyclette, petite reine, tandem, vélocipède, autant de synonymes pour parler de ce petit engin à deux roues plus connu sous le nom de vélo. Et il y en aura partout à Vevey ce samedi 9 septembre. Quelques cliquetis de dérailleurs, le bruit d'une chaîne bien huilée, des freins qui chauffent, la Place du Marché à Vevey vibrera aux sons de la petite reine pour la Journée de la mobilité.

Tester c'est l'adopter

Cette journée est un avant-goût de la semaine de la mobilité prévue du 16 au 22 septembre. «Cela fait environ 15 ans que nous organisons la Journée de la mobilité. Nous préférons faire plusieurs actions ponctuelles tout au long de l'année, plutôt que de concentrer toutes les activités sur une semaine et ensuite ne plus rien faire», précise Michel Bloch, délégué à l'Agenda21. L'idée est que la population puisse venir tester les vélos proposés par velospot pour les vélos en libre-service et par carvelo2go pour les vélos-cargos. «Nous voulons donner plus de visibilité à ces deux systèmes qui connaissent un succès grandissant», explique Michel Bloch. Des tests gratuits sont donc prévus toute la matinée de 9h à 12h. Et pour ceux qui auront vraiment croché à l'idée de se déplacer à la force du mollet, la bourse aux vélos, organisée sous la Grenette, permettra de trouver la perle rare.

Améliorer la mobilité douce

Même si par rapport à Bâle, Berne ou encore Bienne, Vevey peut encore améliorer sa part de cyclistes par rapport aux automobilistes, la ville est une de celles qui possèdent le taux le plus bas de motorisation en Suisse pour une ville de cette taille. «Cela représente moins de 390 véhicules pour 1'000 habitants. Mais nous avons encore du potentiel pour améliorer la situation», reconnaît le délégué à l'Agenda21. Prochainement un plan directeur de la mobilité douce sera d'ailleurs lancé. Il s'inscrira dans le Plan directeur général et permettra de définir les forces et les faiblesses de la ville en la matière. «Cela dépendra bien évidemment des finances de la ville, mais comme on doit mettre en séparatif le réseau des eaux de la ville, nous profitons chaque fois que l'on doit ouvrir la route de repenser les aménagements en surface et d'y intégrer des solutions pour la mobilité douce», explique Michel Bloch.

Date:07.09.2017
Parution: 867

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio