Télécharger
l’édition n°867
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Le Chablais corrige le Rhône

Sécurité La 3e correction du fleuve se précise entre Lavey et Noville. Objectif: élargir le lit du cours d'eau, afin d'en baisser le niveau et d'en réduire la pression sur les digues. Un chantier à 125 mios, dont 60 à la charge du Canton et 4 mios pour les communes touchées.

Parmi les travaux prévus, Philippe Hohl et Jacqueline de Quattro annoncent la création d'un delta à l'embouchure du lac, à Noville, avec un deuxième bras de fleuve rejoignant le parcours du Vieux Rhône.

Texte et photo: Valérie Passello

Si les anciens avaient imaginé la construction de hautes digues pour canaliser le fleuve, le principe de la 3e correction du Rhône est différent: élargir le lit du cours d'eau, afin d'en baisser le niveau et d'en réduire la pression sur les digues, plus plates, mais aussi renforcées. Le Grand Conseil devra se prononcer avant la fin de l'année sur l'octroi d'un crédit de 60 mios pour la 1re phase de ces aménagements. Sur les 125 mios d'investissements prévus en territoire vaudois dans les 10 ans à venir, la Confédération versera 61 mios et les communes touchées 4 mios.

La cheffe du Département vaudois du territoire et de l'environnement (DTE) Jacqueline de Quattro précise: «C'est le travail d'une génération. Voilà 10 ans que nous avons ouvert ce dossier pharaonique, qui va se poursuivre encore pendant 20 à 30 ans. C'est un défi majeur: son but est de protéger la population, les infrastructures, ainsi que les activités économiques et agricoles».

Quatre zones concernées

C'est entre Bex et Yvorne que les premiers travaux seront réalisés, en coordination avec les aménagements côté valaisan. Pour cette phase, la mise à l'enquête est prévue en 2018 déjà. Philippe Hohl, chef de la division Ressources en eau et économie hydraulique du DTE, est clair: «Nous ne voulons pas laisser au Rhône la possibilité d'une rupture de la digue. Dans 20 ans, nous pourrons garantir qu'en cas de déluge, une quantité d'eau beaucoup moins importante ruissellerait dans la plaine».

Une autre mesure devrait elle aussi débuter rapidement: l'aménagement d'un delta à l'embouchure du lac, à Noville, par la création d'un deuxième bras de fleuve rejoignant le parcours du Vieux Rhône. «L'idée est de redonner au fleuve son rôle de biotope et de recréer sa dynamique naturelle», souligne Jacqueline de Quattro. Les zones de Lavey et de Chessel à Noville seront prises en charge plus tard, à l'horizon 2030.

Date:07.09.2017
Parution: 867

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio