Télécharger
l’édition n°871
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

DJ, la musique dans la peau

La Tour-de-Peilz L'association Move to the Sound a été créée en mai par des jeunes âgés entre 20 et 24 ans. Leurs buts: promouvoir les DJs et leur offrir des possibilités de se produire dans les clubs de la région. Rencontre.

Kenny, DJ de 20 ans et membre de Move to the Sound, a obtenu la première place du Caribana Festival DJ Contest en 2014.

Entretien : Sandra Giampetruzzi

C'est sa matinée de congé, mais Matteo Negro, étudiant à la HES de Sierre en Economie d'entreprise, n'est pas du genre à se reposer. Quand il n'étudie pas, il travaille pour son nouveau bébé: son association, Move to the Sound, qu'il a fondée avec plusieurs amis en mai dernier. Une aventure partie pour durer.

Une association pour les DJs, dans quel but?

> Avec plusieurs amis, on aime organiser des soirées et on connaît beaucoup de DJs. Dans ce milieu, si on n'a pas de contacts, c'est difficile de trouver des soirées, d'avoir des gens qui nous font confiance. On s'est dit qu'en réunissant nos forces, ce serait plus simple pour trouver des scènes et des audiences où se produire. C'était l'idée de base. Mais c'est aussi sympa de créer quelque chose à plusieurs vu qu'on se connaît depuis plusieurs années. Aujourd'hui, l'association compte une vingtaine de membres dont 4 DJs, 3 photographes et un graphiste. Des amis qui travaillent dans le marketing ou la comptabilité nous aident aussi.

Et vous, vous êtes DJ?

> Non, pas du tout. Je m'occupe de la partie administrative et des contacts. Je suis simplement passionné par la musique. J'étudie à la HES de Sierre en économie d'entreprise. C'était une bonne occasion pour moi de mettre en pratique ce que j'apprends aux cours. C'est ça qui m'a motivé. J'adorerais en faire mon travail de master car il y a beaucoup d'heures investies dans ce projet. J'avais un peu sous-estimé tout le côté administratif, les contrats, etc, mais quand on est passionné par ce qu'on fait on ne compte pas. Si je pouvais continuer dans ce domaine après mes études, c'est sûr que ça m'intéresserait, mais le milieu de l'événementiel est assez fermé. Il y a beaucoup de monde qui veut vivre de ça.

Comment fonctionne l'association?

> Il n'y a pas d'âge limite, mais on essaie de rester une association jeune. On travaille avec de jeunes DJs qui sont au début de leur carrière. On se charge de leur trouver des soirées où se produire. On propose le paquet complet avec DJ et photographe pour la soirée. Ça leur donne une plus grande visibilité et suivant les endroits, la salle n'a pas forcément de photographe attitré. Nous prenons 20% sur le cachet de la soirée, le reste va au DJ et si c'est une plus grosse soirée dont l'organisation nécessite l'ensemble des membres de l'association, alors là le cachet revient entièrement à l'association, pour son développement futur. On essaie de rester pros et d'être crédibles. Je veux montrer que c'est un projet sur le long terme. Malgré notre jeune âge, on nous prend au sérieux. J'ai d'ailleurs été surpris, car depuis la création de l'association, on nous a pas mal sollicités. Nous avons joué à Lausanne, Sierre, Villeneuve, Blonay, et en mars nous serons présents au MAD. C'est une grosse opportunité pour nous. On sera aussi de la partie au Echoooes Festival à Montreux (voir ci-contre) et nous avons dernièrement joué au Montreux Acrobaties. Nous avons aussi fait un partenariat avec un label franco-suisse pour aider nos membres à produire leur disque et ainsi leur donner de la visibilité et de la crédibilité.

Date:05.10.2017
Parution: 871

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio