Télécharger
l’édition n°872
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Logements abordables sur le terrain de l'hôpital

Montreux Répondant aux craintes que les parcelles accueillant le bâtiment hospitalier ne soient vendues à un promoteur, l'exécutif assure que le terrain restera en mains communales. Une convention de 2014 entre canton, commune et structures hospitalières le garantit. L'objectif est d'y implanter un quartier à caractère mixte avec logements, bureaux et commerces.

Aujourd'hui, ce quartier se compose uniquement de logements et il n'y a aucun commerce dans les environs immédiats.DR

Textes et photo : Sandra Giampetruzzi

«L'intention est louable, mais il faut d'abord faire avancer le projet», estime Tal Luder (UDC). Un avis partagé par la majorité des élus, au Conseil communal du 4 octobre. Le sujet porte sur l'avenir des deux parcelles qui abritent aujourd'hui l'hôpital de Montreux, dont les structures hospitalières seront transférées à Rennaz lorsque l'Hôpital Riviera Chablais sera terminé. Ces parcelles appartiennent désormais à la commune qui les a échangées avec le terrain qu'elle possédait sur le site du futur hôpital intercantonal. Le motionnaire, Alain Imhof (PS), craignait que la commune ne les vende à un promoteur et a donc exigé que le futur projet soit réservé uniquement à des constructions proposant des loyers modérés. «Il faut favoriser le maintien des jeunes sur le territoire communal», estime-t-il, dans un contexte de pénurie de logements.

Un quartier à faire revivre

Le motionnaire a pu être rassuré, car une Convention existe depuis 2014 entre le canton, la commune et les structures hospitalières concernant le sort de ces parcelles. Les autorités montreusiennes n'ont pas l'intention de vendre. La convention précise d'ailleurs qu'elles projettent d'en changer l'affectation en «un plan de quartier et de les mettre à disposition au travers de droits de superficie, afin d'y favoriser un quartier à caractère mixte» avec des logements à loyers abordables, des locaux administratifs, des commerces et peut-être aussi une structure hôtelière, dans le but de faire revivre ce quartier qui se compose aujourd'hui uniquement de logements. Il n'y a aucun commerce dans les environs immédiats. Au Conseil communal, le motionnaire a donc transformé son objet en postulat, moins contraignant, estimant qu'il avait obtenu les garanties nécessaires quant à l'avenir des parcelles. Mais le plénum a quand même refusé la prise en considération de ce postulat par 52 non, 31 oui et 1 abstention, le jugeant prématuré. Il est préférable de «laisser le temps à la Municipalité de proposer un projet», précise Geneviève Brunner-Frass (PLR).

Date:12.10.2017
Parution: 872

Le quartier du port sur les rails

Lors de cette même séance, le plénum a accepté à l'unanimité les deux préavis liés au futur quartier du Port à Clarens, à savoir le Plan partiel d'affectation et sa servitude de passage public pour piétons et vélos. Le projet du promoteur Bernard Nicod, prévu à cet endroit, a fait couler beaucoup d'encre. Il faut dire que le lieu est sensible, car il abrite une ancienne ferme, dernier vestige du passé agricole de Clarens. Le promoteur voulait la démolir, mais c'était sans compter la ténacité des membres du Conseil communal. Finalement un compromis a été trouvé en maintenant sa façade ouest. «Ce projet va redynamiser le quartier de Clarens», s'est félicité Geneviève Brunner-Frass (PLR). Et Irina Gote (PS) d'ajouter: «Nous acceptons ce compromis. Nous avons gagné une manche contre le bras de fer qui nous opposait au promoteur».

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio