Télécharger
l’édition n°872
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

L'hôpital Riviera Chablais prêt à concurrencer le privé

Martigny Les élus du Chablais se sont retrouvés à la Foire du Valais pour une présentation des enjeux du futur Hôpital intercantonal de Rennaz. Dont, au premier plan, faire face à la concurrence avec le secteur privé et assurer l'accessibilité au site par différentes solutions de mobilité, encore à trouver, à moins de deux ans de son ouverture.

Pascal Rubin (à d.), directeur de l'Hôpital Riviera Chablais, et Eric Bonvin, directeur de l'Hôpital du Valais, ont mis en évidence la nécessité de collaborer entre hôpitaux publicsDR

Textes et photo: Valérie Passello

Tout automobiliste passant sur l'autoroute A9 aux abords de Rennaz peut le constater: l'Hôpital Riviera-Chablais (HRC) sort de terre, rendant de jour en jour l'avenir plus concret. L'établissement ouvrira ses portes «juste avant ou juste après la Fête des Vignerons», selon son directeur Pascal Rubin, soit à l'été 2019. Plus d'une trentaine de présidents, syndics, municipaux et préfets des districts d'Aigle, Monthey et Saint-Maurice ont répondu à l'invitation de Chablais Région le 3 octobre, pour une rencontre à la Foire du Valais de Martigny, sur le thème du futur hôpital.

Pascal Rubin évoque les changements à venir: «L'HRC est réparti sur six sites hospitaliers, ce qui n'est pas efficace. Demain, Rennaz, avec son plateau technique, sera le centre de soins aigus de la région. Il y aura un plus grand volume d'activités et des urgences 24h sur 24, avec un temps d'attente réduit par rapport à ce que certains ont pu connaître. Toutes les forces seront concentrées au même endroit, les compétences de professionnels seront réunies pour une meilleure prise en charge des patients. Le déplacement supplémentaire sera la garantie de davantage de sécurité, même si l'on perdra un peu en proximité».

Nouvelles prestations

Les sites de Monthey et de Vevey seront rénovés. Dès 2021, ils proposeront une permanence et un suivi médical, de la réadaptation et un service de gériatrie. À Monthey, la permanence médicale ouvrira déjà le 1er novembre 2017, afin de pallier la pénurie de médecins de premier recours dans la région. Chacun des deux sites disposera de 75 lits pour les besoins de la gériatrie.

À Rennaz, de nouvelles prestations seront proposées, comme la cardiologie interventionnelle, par exemple. Le directeur de l'Hôpital du Valais (HVs) Eric Bonvin voit ce développement d'un bon œil: «Dans les cas d'accident vasculaire cérébral ou d'infarctus, chaque minute compte: un réseau sanitaire d'urgence doit s'organiser. Le projet de développement de la cardiologie à l'HRC est intéressant, car il sera connecté avec l'HVs et le CHUV, ce qui permettra de maintenir un haut niveau d'intervention dans la région». Le secteur de la pneumologie est, par ailleurs, aussi en développement.

Relevant le poids de la concurrence des cliniques privées, Pascal Rubin précise: «Pour être plus fort, l'axe public ne doit pas être en concurrence, mais faire un effort de collaboration». La tendance aux interventions ambulatoires deviendra la norme: on ne séjournera plus à l'hôpital, mais l'on y viendra pour recevoir des soins avant d'en repartir.

La mobilité s'organise doucement

L'accès au futur hôpital est aussi un enjeu de taille. «Sur le plan de la mobilité, les Vaudois ont pour l'instant fait mieux que les Valaisans», considère Pascal Rubin. Si les transports s'organisent efficacement d'Aigle à Rennaz, ainsi que depuis la Riviera (voir encadré), le bât blesse encore sur l'axe Monthey-Vionnaz-Vouvry. Des cadences à l'heure depuis le Bouveret ne suffiront pas à répondre aux besoins des usagers souhaitant rejoindre l'HRC. «Une ligne de bus est à l'étude pour une meilleure desserte de l'hôpital sur cet axe», ajoute le directeur.

Date:12.10.2017
Parution: 872

7,3 mios pour le bus 201 de Villeneuve à Rennaz

Le 27 septembre, le Conseil d'Etat a présenté au Grand Conseil deux demandes de crédit pour le prolongement de la ligne de trolleybus 201 au départ de Vevey, depuis son terminus actuel à la gare de Villeneuve, jusqu'à l'entrée de Rennaz, à l'emplacement du futur HRC. Le premier crédit de 7,34 mios financera la part cantonale des travaux routiers. Le second est une augmentation de 1,6 mio de la garantie d'emprunt de 25,33 mios accordée à la société VMCV SA pour le renouvellement partiel de sa flotte. Un surcoût induit par la technologie choisie: 16 véhicules électriques à batteries lentes rechargeables seront acquis. Mais grâce à l'abandon de la ligne de contact, une économie de 4,4 mios sera réalisée sur le crédit d'ouvrage.

Sous réserve du résultat des procédures d'autorisation et de l'obtention des crédits de construction cantonaux et communaux, le bus 201 desservira l'hôpital au moment de son ouverture. Rappelons toutefois que lors de la mise à l'enquête, près de 250 oppositions ont été déposées (voir Le Régional 841,846 et 856). Elles contestaient non seulement la pose prévue des lignes aériennes, problème aujourd'hui résolu, mais aussi l'itinéraire choisi.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio