Télécharger
l’édition n°874
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Les sens de la vie

Autrefois, avant que nous ne soyons facebookés, twittisés, connectés et augmentés, on nous apprenait à nous débrouiller avec nos cinq sens. Nous devions nous contenter de l'ouïe, indispensable pour écouter aux portes. Du goût, joyeux compagnon de la gourmandise. Du toucher, un sens particulièrement cultivé. Un peu plus au masculin qu'au féminin et par ceux qui ont pu manquer de certains autres sens. De l'odorat, parfois un peu trop délicat et de la vue souvent mise en vitrines.

Mais c'en est terminé. Infiniment plus égocentré, l'homme d'aujourd'hui ne peut plus survivre avec si peu. Et le nombre de sens nécessaires à son bien-être augmente. Comme la réalité. Comme les impôts et comme les exigences humaines.

L'homo sapiens du jour doit avoir des sens dans tous les sens. Celui qui lui donne la capacité de sentir les ondes magnétiques au moins aussi précisément qu'un chat. Celui de l'empathie qui lui permet d'être en symbiose avec les émotions de son alter ego. Il doit posséder des sens très sophistiqués lui permettant de détecter, sans mettre le doigt dehors, toutes les températures, de percevoir les ultra-sons, de voir les rayons invisibles, d'entrer en connexion avec son cerveau avant même l'approche d'une alerte. L'homme moderne a le sens de son corps dans l'espace mais aussi bien sur terre et avant tout le sens du moi. Enfin, bonne nouvelle, il y aurait un rattrapage. L'idée très répandue, mais non vérifiée, que les femmes ont moins que les hommes le sens de l'orientation n'est plus d'actualité. Un vrai soulagement pour les maris qui ont peur de se retrouver à Tombouctou lorsque leur femme prend le volant direction Berne. Réceptif à souhait, doté de tous ces sens, l'humain sait-il encore utiliser son simple bon sens ?

Date:26.10.2017
Parution: 874

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio