Télécharger
l’édition n°874
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Un pro des trompe-l'œil

Peintre-décorateur-restaurateur Les époques évoluent mais certaines techniques ancestrales demeurent, c'est le dada de Michel Haselwander, installé à Fenil-sur-Corsier.

Artisan aux multiples talents, Michel Haselwander travaille en ce moment à la construction d'une véranda sur piliers fabriqués avec un mortier bio éthique des Dolomites. DR

Magaly Mavilia

Si les amateurs d'art comme les monuments historiques font toujours appel à ces rares spécialistes, l'artisan doit aussi s'adapter aux modes et aux styles du XXIe siècles. Michel Haselwander passe d'une frise romaine à la création d'une salle de bain en béton ciré sans problème. Mais il avoue tout de même une préférence pour les ornementations délicates de l'Antiquité, les trompe-l'œil, les volumes, les faux marbres ou les faux-bois. Réaliser des textures de peaux l'amuse; requins, crocodiles ou serpents.

Personnaliser son intérieur

«Côté contemporain, les peintures à effets sont très tendances en ce moment», remarque-t-il. Le glossy? «Je n'aime pas trop, mais je peux en faire. On me demande aussi des effets métallisés, comme le cuivre oxydé ou patiné.» Mais pour cet esthète averti, il n'y a pas de comparaison entre une peinture ou un crépi giclé au spray et une chaux teintée, un glacis ou un beau lustre à la cire végétale. Pour ouvrir des sensibilités nouvelles, Michel Haselwander prend le temps de proposer des matériaux peu connus, des approches différentes. Trouver des solutions pour ne pas hésiter à changer de texture, abattre une cloison, customiser un meuble ou les éclairages. «J'aime titiller les capacités créatives des gens afin qu'ils puissent être acteurs et s'approprier leur environnement. La plupart du temps, ils sont friands de propositions innovantes», reconnaît Michel Haselwander.

Oui mais le budget? «Sans dépenser davantage, on peut tout à fait obtenir un environnement très personnalisé, c'est une question de choix à faire en amont», assure-t-il. Autre argument: la gestion de l'ensemble du projet, avec une seule mise en route de chantier et un seul interlocuteur, permet d'être concurrentiel.

Et l'avenir du métier?

Il y aura toujours des œuvres et des monuments anciens à restaurer et des amateurs pour aimer l'émotion qui se dégage d'une voûte stuckée ou d'une frise florentine. Michel Haselwander pratique son métier depuis 40 ans, dont 32 en indépendant, et ce n'est pas le travail qui manque. Certes, le métier n'existe plus. Au niveau de la formation, il faut choisir entre peintre ou décorateur ou architecte d'intérieur ou restaurateur. Mais la mode vient au secours des personnes qui se soucient de leur santé et de leur environnement et retournent aux peintures naturelles, biologiques et sans solvants. A une certaine authenticité aussi, en choisissant des couleurs uniques, une des grandes passions de Michel Haselwander.

Date:26.10.2017
Parution: 874

Formation

Le métier de peintre-décorateur n'existe plus, il faudra donc passer par une formation de peintre, de décorateur ou d'architecte d'intérieur.

Peintre - Formation: CFC en 3 ans

Débouché: Peintre indépendant spécialisé

Décorateur: En école à plein temps sur 3 ou 4 ans d'apprentissage CFC sur 3 ou 4 ans.

Architecte d'intérieur: Ecole d'architecture d'intérieur Bachelor: 3 ans Master: 2 ans supplémentaires

Dans ce dossier

Documents

Vidéo
Documents audio