Télécharger
l’édition n°875
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Les cyclonautes à la fête

Evasion La première édition du Festivelo se tiendra du 3 au 5 novembre au collège de Béthusy. Entre workshops et conférences sur le thème du voyage à vélo, quinze intervenants présenteront leur périple autour du monde. Dont Gerry Oulevey, qui a rejoint depuis Chexbres l'orphelinat qui l'a vu naitre en Inde.

«Au départ, je m'étais fixé un an pour rejoindre l'orphelinat où je suis né en Inde», explique Gerry Oulevay, ici avec sa compagne de route. DR

Oriane Binggeli

Cyclovoyageur ou cyclonaute. Deux termes parmi d'autres que s'inventent et s'approprient les baroudeurs qui avalent les kilomètres en pédalant. Ce week-end, les férus de la petite reine se retrouveront à la première édition du Festivelo, un festival de voyageurs à deux-roues. L'ouverture des portes est prévue demain à 18h à l'aula du collège du Béthusy, à Lausanne. «Il existe une véritable pépinière de cyclistes en Romandie, constate Claude Marthaler, le célèbre globe-trotteur qui affiche plus de 250'000 km à son compteur, initiateur et parrain de la manifestation. Le milieu s'est diversifié et le vélo n'est plus uniquement réservé aux sportifs d'élite.» Une évolution causée par l'amélioration du matériel, un attrait pour l'écologie, ou la recherche d'un moyen de transport plus économe? «Sans doute un peu tout à la fois, confesse Claude Marthaler. Le voyage à vélo est un fabuleux vecteur de liberté et une manière de réenchanter le monde. Il apporte de l'énergie et de la confiance en soi.»

«Tout n'est que volonté»

Jusqu'à dimanche, un air d'ailleurs soufflera sur la salle de conférence. Entre exposés, workshops et films documentaires, quinze intervenants présenteront tour à tour leur périple autour du monde. Parmi eux, Julie et Edgar Haldimann Sandell et leurs dix mois en tandem, Chris-Alexandre Gionchetta et son voyage de quatre ans à la rencontre des écoles ou encore la famille Béchet et leur traversée de l'Asie en famille. «Le but est avant tout de partager, de rencontrer, et de rêver entre passionnés et amateurs, même sur de petits itinéraires», insiste Claude Marthaler.

La motivation cachée n'est-elle pas aussi d'inciter les gens à utiliser leur vélo de manière plus quotidienne? «Peut-être de manière indirecte, sourit le parrain de la manifestation. Sans faire de militantisme, notre comité est convaincu des bienfaits de ce moyen de transport.» Et aux plus sceptiques qui se diraient freinés par le relief helvétique, Claude Marthaler, dit le cyclonaute, cite l'exemple des Danois et des Hollandais. «Chez eux, la terre est plate, mais le vent y souffle avec force. Au final, tout n'est que volonté.»

Date:02.11.2017
Parution: 875

Le Barbapapi, un vélo qui fabrique des barbes à papa

Gerry Oulevay, de Chexbres, sera présent le 5 novembre au Festivelo, pour y présenter son voyage de trois ans et demi à travers l'Europe et l'Asie. «Au départ, je m'étais fixé un an pour rejoindre l'orphelinat où je suis né en Inde, explique le voyageur en se souvenant de l'émotion ressentie à son arrivée sur place. J'y ai travaillé quelque temps et j'ai repris ma route pendant encore plus de deux ans.» Jusqu'au Japon en passant par la Chine, Gerry Oulevay a vécu au plus proche des populations locales, en travaillant avec eux. «Parfois, j'entamais une discussion pour trouver ma route et je finissais par offrir mes services contre quelques jours d'hospitalité», raconte-t-il. Le voyageur embarquera ses photos et diapos au festival, mais aussi son Barbapapi, une bicyclette de son invention qui fabrique des barbes àpapa en quelques coups de pédales.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio