Télécharger
l’édition n°875
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

« Et si c'était mieux avant ? »

Pully Cette avec cette question que muco & music présentera son douzième spectacle biennal à Pully, puis aux Evouettes. Depuis 1995, ce groupe de passionnés alterne théâtre, danse et chant dans une prestation au service du combat contre la mucoviscidose.

« Ceux qui me connaissent savent que je suis un grand nostalgique des années quatre-vingts », confie Marc Bron, à l'origine de cette troupe d'artistes solidaires. T. Ebene

Oriane Binggeli

Les répétitions vont bon train. Chaque vendredi depuis plusieurs semaines, les membres de muco & music travaillent leurs vocalises et leurs pas de danse d'arrache-pied pour leur prochain spectacle. La première représentation se déroulera à Pully le 11 novembre, puis les artistes embarqueront costumes et partition du côté valaisan, aux Evouettes, le 2 décembre.

Hommage aux grands classiques

Au programme: chant, théâtre et danse. Chaque deux ans, la troupe foule la scène sous un thème particulier. Pour la douzième édition, le titre sur l'affiche invite à la nostalgie et la réflexion: «Et si c'était mieux avant?» Avant quoi, au juste? Avant l'arrivée de l'écran plasma et des smartphones? Avant le Brexit? Avant la Lex Weber? «Au niveau culturel et musical, surtout, précise Marc Bron, chef de file de cette troupe. Aucune propagande politique ou sociétale n'est sous-entendue.»

Le choix de la réponse est laissé au public tandis que les artistes évolueront sur les rythmes de Jean-Jacques Goldman, Scorpions, Eddy Mitchell ou encore Disney. «Le but est de donner envie de bouger, appuie Marc Bron. Chaque interprète est libre de proposer trois titres qui lui plait. Nous élaborons ensuite une liste et je répartis les chanteurs selon leur timbre de voix.»

Histoire d'amour et de famille

Si les membres de la troupe ne sont pas des professionnels, ils sont tous passionnés et ne comptent pas leurs heures d'investissement. En 1992, Marc Bron signait son premier événement. Le virus s'est ensuite vite emparé de lui. «J'ai établi un calendrier biennal pour garder du temps libre et ne pas me faire taper sur les doigts à la maison, rigole-t-il. Je n'avais aucune formation de metteur en scène, d'acteur ou de chanteur mais j'ai su réunir plusieurs amateurs de tous domaines qui m'ont suivi dans l'aventure.» Aujourd'hui, Marc Bron a trois grands enfants, qui n'ont pas échappé aux lumières des projecteurs. «Mes deux filles y ont pris goût et s'impliquent beaucoup. Mon fils s'active désormais dans d'autres domaines mais ne refuse jamais de faire une ou deux apparitions ponctuelles.»

Et alors, c'était mieux avant? «Ceux qui me connaissent savent que je suis un grand nostalgique des années quatre-vingts», confesse le Vaudois dans un sourire. Mais ne jamais dénigrer les bienfaits de la technologie. Cette année, des clés USB à vendre viendront remplacer les discs de muco & music. «L'occasion d'y glisser aussi quelques vidéos de nos anciens spectacles», confie l'organisateur.

Date:02.11.2017
Parution: 875

Argent reversé pour la bonne cause

Dans Muco&Music, il y a aussi «Muco», pour mucoviscidose. Depuis la fondation du groupe en 1995, l'équipe reverse l'intégralité de ses bénéfices à la lutte contre la maladie. «Je cherchais une motivation supplémentaire, outre le plaisir de mettre en scène des artistes», raconte l'initiateur Marc Bron. Comme une évidence, ce dernier n'a pas cherché son cheval de bataille très loin, un membre de sa famille étant touché par cette pathologie. «On m'a quelques fois proposé de défendre d'autres causes, concède le metteur en scène. Mais je préfère ne pas me perdre et rester constant.»

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio