Télécharger
l’édition n°875
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Un village de chalets « éco-low-cost » va naitre

Les Cerniers/Monthey Construire avec des artisans et des matériaux locaux durables ne revient pas plus cher. La preuve avec l'entrepreneur Patrick Delarive qui propose des chalets à des prix planchers et qui répondent aux problèmes des «lits froids».

La construction des 24 futurs chalets du Hameau des Sources sera essentiellement réalisée par des entreprises et des matériaux de la région.

Magaly Mavilia

«Notre objectif est de pouvoir commercialiser des chalets de 100 m2, 3 chambres à coucher, 2 salles de bain, cuisine, salon et salle à manger, sur des parcelles de 1'000 m2 à un prix inférieur à 400'000 frs. Nous envisageons par ailleurs de proposer à leurs propriétaires de les exploiter pour leur compte en hôtellerie lorsqu'ils ne les occupent pas». L'entrepreneur Patrick Delarive, propriétaire du Whitepod Eco-Luxury Resort aux Cerniers, est intiment convaincu que le modèle va fonctionner. Il affiche la même confiance pour le concept en gestation du futur hôtel low cost Sakado qui devrait sortir de terre d'ici à 2019-2020. Ces deux projets seront intégrés sur deux parcelles de 30'000 m2.

Des chalets minimalistes

La vente sur plan des premiers chalets du Hameau des Sources est prévue début 2018 et le temps de réaction des acquéreurs de ces 24 constructions minimalistes révélera la pertinence du concept. «L'idée est de permettre à des gens qui n'auraient jamais envisagé d'acquérir un bien immobilier d'accéder à la propriété avec 80'000 frs de fonds propres», informe Patrick Delarive qui souligne que le 90% des entreprises choisies sont locales. Alors quelle est la méthode pour arriver à des prix aussi bas? «Si l'on ne peut nier le surcoût du bois et de la main-d'œuvre suisses, à projet égal, le bois est désormais compétitif par rapport à une construction en béton ou en métal», relève Stéphane Morisod, Morisod Construction SA à Troistorrents qui a réalisé les 18 pods ainsi que le Pod House, son chalet central, du Whitepod Eco-Luxury Resort (voir article). Pour le chauffage, le promoteur hésite encore entre des poêles à pellets individuels et une pompe à chaleur centrale.

Local low cost

«Il est possible d'obtenir une construction abordable tout en faisant appel au maximum des ressources locales», analyse Patrick Delarive. Architecte de l'ensemble du domaine White Pod, des futurs chalets et de l'hôtel, Yasmin Nicoucar, Nicoucar + Steininger Architectes à Genève arrive au même constat. Engager des gens de l'extérieur n'est pas moins cher. Tout d'abord parce qu'ils font rarement tout en une seule fois et cela implique des trajets supplémentaires et des risques d'erreur. En effet, en Valais, la configuration géographique et le climat sont très particuliers. «L'artisan local a une connaissance aiguë du terrain, qu'une personne de l'extérieur n'a pas, observe l'architecte. Il est capable de fournir une prestation de grande qualité et sans retouches, donc sans surcoût final.»

Le challenge de demain

La seconde clé de l'équation et le challenge de demain, c'est le «plug & play» (la version en vogue du «prêt à fonctionner»). «Si nous voulons offrir des coûts qui sont bas, la réflexion doit se faire en amont, non seulement en termes de concept mais aussi d'assemblage», souligne l'architecte. Le choix du préfabriqué, encore peu et mal connu du grand public, répond à ces contraintes. Limiter l'acheminement du matériel, les interventions et le nombre de personnes sur le chantier réduit la facture et les risques d'erreur.

Le préfabriqué est lié à des préjugés qui n'ont plus de raisons d'être à condition de choisir des spécialistes certifiés. Où est la différence? L'utilisation d'essence locale de qualité, le savoir-faire et le suivi du chantier. De quoi s'agit-il? Le maître de l'ouvrage et l'exécutant déterminent en amont du projet le passage des réseaux CVSE (sanitaire et électricité), des fenêtres, portes, etc. «Les éléments sont fabriqués en entreprise pendant ou avant le terrassement et arrivent sur le chantier dès que la phase de plan d'exécution est terminée», explique Stéphane Morisod. L'avantage d'un tel système est la rapidité d'exécution. Un petit chalet tout simple peut être taillé et posé en deux semaines (lire Le Régional 865)

«En étudiant chaque point d'un projet dans les moindres détails, on parvient à un équilibre budgétaire satisfaisant, se réjouit Patrick Delarive. Par exemple, les chalets du Hameau des Sources ne sont pas excavés, les sols sont en aggloméré, les prises et les tuyauteries apparentes et les cuisines minimalistes. Remplacer une porte d'entrée par une baie vitrée permet une économie de 1'800 frs. Au final, c'est le cumul de tous ces petits montants qui fait la différence.»

Date:02.11.2017
Parution: 875

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio