Télécharger
l’édition n°876
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Chillon au secours des finances de Veytaux

Impôts Tandis que l'idée d'une fusion avec Montreux refait surface, les élus augmentent de deux points le taux fiscal pour 2018, passant à 71, au lieu des 5 points voulus par la Municipalité. En cause, déficits et factures de contribuables en souffrance. Le château de Chillon devra lui aussi passer à la caisse, via l'impôt sur les divertissements, qui grimpe de près de 30 centimes par billet d'entrée, une manne de 94'000 frs. Réactions.

«Si le prix du billet à Chillon augmente, nous percevons toujours le même montant, c'est dommageable pour nous», déplore Christine Chevalley, syndique de Veytaux.OTV

Sandra Giampetruzzi

«Dans les deux rapports sur le taux d'imposition 2018, il y a des vérités et sachez que ce n'est pas de gaieté de cœur que nous proposons une augmentation de 5 points d'impôts», annonce d'emblée la syndique de Veytaux, Christine Chevalley avant que le Conseil communal n'empoigne, en séance du 30 octobre, l'épineux sujet du taux d'imposition 2018. La trésorerie communale est en effet dans une situation préoccupante avec des fonds disponibles à hauteur de 404'740 frs seulement. En juillet 2017, les autorités décidaient d'emprunter un million de frs, à rembourser sur 5 ans, pour honorer diverses factures en cours. Sans oublier que l'exercice 2016 se soldait par un déficit de 356'759 frs et que le budget 2018 table, quant à lui, sur un déficit de 470'000 frs, si le taux d'imposition actuel de 69% est maintenu. «Cette situation est aussi péjorée par le fait que pour la période fiscale de 2016, 496 dossiers sont encore ouverts auprès de l'Administration cantonale des impôts, déplore la syndique. Cela représente plus de 400'000 frs qui ne sont pas encore rentrés dans les caisses communales. Depuis 2015, les gens paient leurs impôts en dernier, s'il leur reste de l'argent.» Ce manque de liquidités récurrent pousse la Municipalité à demander une hausse de 5 points d'impôts pour passer à 74%, ce qui lui permettrait d'encaisser des recettes supplémentaires à hauteur de 336'000 frs. Ceci en tenant compte également de l'augmentation de l'impôt foncier passant de 1,20 fr à 1,50 fr et de la hausse de l'impôts sur les divertissements passant de 71,9 cts à 100 cts sur le prix des entrées et des places payantes. Ce qui rapportera quelque 100'000 frs supplémentaires. Du côté du château de Chillon, directement touché par cette hausse, c'est l'incompréhension (voir encadré).

2 points seraient suffisants

Jean-François Pilet, membre de la commission de majorité, reconnaît que la situation est alarmante et que «de nouvelles recettes doivent être recherchées et des économies substantielles doivent être faites», mais la commission préconise, par le biais d'un amendement, une augmentation raisonnable de 2 points d'impôts, qui serait suffisante selon elle, à appliquer aussi bien sur les personnes physiques que sur les entreprises. À cette proposition s'oppose un rapport de minorité qui décide de faire table rase sur une augmentation et d'abaisser le taux d'imposition à 65%. «Nous savons pertinemment qu'avec un tel taux, la commune ne peut pas tourner, réplique Olivier Gasser à l'origine de ce rapport, mais cette crise programmée accélérera le mouvement de fusion avec Montreux qui à terme est inévitable.»

Le salut par la fusion

«Nous ne sommes pas totalement contre l'idée de fusion, réplique Jean-François Pilet, mais cela prendra du temps et en attendant, nous devons présenter des finances les plus saines possibles». Et la syndique de Veytaux de réagir: «Lorsque les discussions sur la fusion des 10 communes de la Riviera ont été engagées, j'ai toujours dit que le rapprochement était essentiel, car sur la Riviera nous travaillons tous ensemble. Le nombre d'associations intercommunales le prouve.» Mais le projet dort pour l'heure dans un tiroir. Au final, le rapport de minorité proposant une baisse du taux d'imposition à 65% a été refusé à une large majorité, en faveur de la proposition pour un taux à 71% perçu sur les personnes physiques et les entreprises. Une décision qui permettra de réduire les charges, mais pas d'arriver à un budget équilibré selon la syndique.

Date:09.11.2017
Parution: 876

« Nous ne comprenons pas cette hausse »

Le préavis municipal du taux d'imposition 2018 demandait également une augmentation de l'impôt sur les divertissements, à savoir de percevoir 100 cts, au lieu de 71,9 cts actuellement, sur le prix des entrées et des places payantes. Le château de Chillon devra notamment passer à la caisse, ce qui ne le ravit pas. «Nous avons eu un discours constructif avec la Fondation du château de Chillon. Cette augmentation nous semble justifiée car nous ne percevons rien sur le parking qui est sur le territoire communal de Veytaux et qui nous prend de la place. Lorsque nous avons mis en place cette taxe, nous avons défini un prix fixe par billet et non un pourcentage. Donc si le prix du billet d'entrée augmente, nous percevons toujours le même montant, c'est dommageable pour nous», précise la syndique, Christine Chevalley. Le président du Conseil de Fondation du château, Claude Ruey, s'étonne de cette hausse: «Nous ne comprenons pas ce qui justifie cette hausse, mais cela aura forcément un impact sur les finances du château. Nous allons voir comment nous pouvons trouver un terrain d'entente avec la commune».

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio