Télécharger
l’édition n°876
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Le budget boéland tend vers l'équilibre

La Tour-de-Peilz La Municipalité prévoit pour 2018 un déficit de 726'669 frs, pour un total de charges de plus de 67 millions. Ce budget inclut la hausse de deux points d'impôts décidée par le Conseil communal, affectés au projet du collège Courbet. L'UDC, qui va lancer un référendum contre cette hausse, proposera corollairement de réduire les charges, notamment dans le domaine de la culture. Verdict le 6 décembre.

La commune prévoit d'investir 15,94 millions de frs l'an prochain, dont 3 millions pour la rénovation de la Maison de commune. Ville de La Tour-de-Peilz

Priska Hess

«Nous avons élaboré notre budget 2018 en essayant d'estimer au plus près nos recettes fiscales. Comme en 2016 et comme cela devrait se confirmer pour 2017, ces rentrées s'annoncent de nouveau supérieures aux années précédentes», relève d'emblée le municipal des finances Jean-Pierre Schwab. Les impôts devraient ainsi rapporter 48,28 mios sur des revenus de 66,30 mios au total, pour un peu plus de 67,02 mios de charges. Ces chiffres tiennent compte de la décision du Conseil communal d'augmenter le taux d'imposition de deux points (Le Régional n°875), équivalant à un montant de 1,25 mio affecté au projet de construction du nouveau collège Courbet. Une hausse combattue par l'UDC, qui lancera un référendum d'ici à la fin de l'année. Selon nos informations, d'autres partis politiques pourraient se joindre à l'UDC. «Quelle que soit l'issue de ce référendum, le résultat budgetisé (726'669 frs) restera inchangé, ces recettes fiscales supplémentaires étant versées à un fonds de réserve», précise Jean-Pierre Schwab.

16 mios d'investissements

Comme partout et sans surprise, les charges cantonales influencent fortement le budget: 11,15 mios en 2018 pour la facture sociale (10,24 mios au budget 2017), 5,28 mios (4,8 mios en 2017) pour la participation nette au fonds de péréquation et 805'000 frs pour la réforme policière, ce qui représente en tout un peu plus d'un quart de l'ensemble des charges. Si l'on considère les charges par dicastère, la part la plus importante est générée par la direction Famille, jeunesse et sport (33% du total des charges): 21'76 mios en 2018 – soit une augmentation de 2,14 mios par rapport au budget 2017, dont un peu plus de 1 mio concerne l'accueil de jour.

La commune prévoit d'investir 15,94 mios de frs l'an prochain, qui seront dévolus à des travaux urbanistiques d'infrastructures et d'entretien (notamment 1 mio pour le réaménagement de la rue d'Entre-deux-Villes-avenue Courbet-avenue du Lac), ainsi qu'à la rénovation du patrimoine immobilier communal (dont 3 mios pour la rénovation de la Maison de commune et 2,5 mios de crédit d'étude et fouilles archéologiques en vue de la rénovation du château). Pour les financer, la commune disposera d'une marge d'autofinancement de 1,47 mio, lequel comprend le 1,25 mio affecté au projet du collège Courbet. Reste cependant à savoir si le référendum de l'UDC aboutira et, d'autre part, si ce budget sera avalisé tel quel le 6 décembre ou si les amendements qui s'annoncent feront mouche (voir encadré)...

Date:09.11.2017
Parution: 876

La culture dans le viseur de l'UDC

Réduire les dépenses plutôt que d'augmenter les impôts: tel est le credo de l'UDC, qui annonce son intention d'intervenir «pour supprimer des postes comme le jumelage (20'000 frs), le festival Images (30'000 frs), la fête multiculturelle, les diverses animations, des dons occasionnels, et tenter de diminuer des postes comme les spectacles boélands, le festival Autour de la harpe celtique, le Festival international des artistes de rue, la Fondation pour l'enseignement de la musique, Promove ou les ArTpenteurs», énumère Nicolas Fardel, chef du groupe, en précisant: «Le montant avoisinerait les 80'000 frs. Nous avons l'intention d'examiner chaque association bénéficiant de subventions afin de déterminer son utilité.» Lors des discussions sur le budget 2017, les amendements en ce sens de l'UDC avaient pourtant été refusés à une large majorité. «Nous continuerons chaque année à proposer ces réductions. Nous espérons réussir à faire baisser les charges grâce à nos propositions et espérons que les formations du centre-droite nous soutiendront. La droite doit être unie sur ces questions de subventions», conclut Nicolas Fardel.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio