Télécharger
l’édition n°876
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Cyclistes oubliés sur le bord de la route

St-Légier, Blonay, La Tour-de-Peilz Les autorités unissent leurs forces pour sécuriser le chemin des Boulingrins, un axe de plus en plus emprunté, en bordure d'autoroute et à cheval sur les trois communes. Coût de l'opération: un peu plus de 3,2 mios de frs. Mais un problème de piste cyclable bloque le dossier.

Le chemin des Boulingrins est un tracé alternatif fortement plébiscité par les riverains des communes de Blonay, St-Légier et La Tour-de-Peilz.DR

Texte et photo Sandra Giampetruzzi

Le projet date de 2008 déjà. Les trois communes concernées, St-Légier, Blonay et La Tour-de-Peilz, avaient accepté un crédit d'étude pour repenser le chemin des Boulingrins, situé entre l'autoroute et le domaine appartenant à l'Hoirie d'Hauteville. L'idée était d'en améliorer et d'en sécuriser l'accès à tous types de véhicules, piétons, cyclistes et cavaliers. Pour que la cohabitation se passe bien, il est nécessaire d'élargir la chaussée, créer un trottoir et des bandes cyclables, réaménager la piste équestre, installer un éclairage public et réaliser deux giratoires, un sur St-Légier et un sur La Tour-de-Peilz. Ces deux derniers éléments sont à charge des communes respectives, tandis que le reste des travaux se répartit à hauteur de 609'000 frs pour Blonay, 2,1 mios pour St-Légier et 457'000 frs pour La Tour-de-Peilz.

Sécurité insuffisante

Parti d'une bonne intention, le projet s'enraye au moment du vote dans les divers Conseils communaux. Les Verts des trois communes déplorent un projet digne des années 70 en ce qui concerne la mobilité douce. «C'est un oui du bout des lèvres que nous avons prononcé en commission afin de ne pas bloquer un projet intercommunal, mais la sécurité des cyclistes n'a pas été suffisamment prise en compte, déplore la Boélande Geneviève Pasche (Verts). Le projet ne répond plus aux attentes de 2017 en termes de mobilité douce et il ne prend pas en compte l'augmentation de la circulation à venir sur ce tronçon aux abords de l'autoroute». Finalement, les élus de La Tour-de-Peilz ont décidé d'adopter le préavis le 25 octobre. C'était ensuite au tour de St-Légier de se prononcer le 30 octobre. Le projet a été accepté à une large majorité, mais avec un amendement demandant à ce que le trottoir, sur le territoire de St-Légier, soit partagé entre les cyclistes et les piétons, comme cela se fait déjà sur certains tronçons à Vevey et La Tour-de-Peilz. Pour cela, il suffit de demander une signalisation adéquate au canton.

«Je demande le renvoi»

Le dernier législatif à se prononcer était celui de Blonay, le 31 octobre. Et là, coup de théâtre, la discussion est avortée et le vote reporté à la prochaine séance. En cause? L'amendement de St-Légier qui pourrait changer la donne selon certains élus blonaysans qui n'ont pas pu en prendre connaissance et qui veulent donc plus de temps pour analyser son impact sur le projet. «Je demande un renvoi du préavis à une prochaine séance pour pouvoir étudier convenablement l'amendement et décider en toute connaissance de cause», demande Vincent Beringhs du parti Verts et ouverts. Le syndic, Dominique Martin, précise que cet amendement n'a pas de conséquences sur le coût du projet, mais uniquement sur l'utilisation du trottoir par les usagers. Ce que confirme le municipal de St-Légier, Dominique Epp, venu assister aux débats. À Blonay, un rapport de minorité était également déposé pour renvoyer le préavis en Municipalité dans le but d'obtenir «un projet abouti et digne du 21e siècle». Il faudra donc attendre le prochain Conseil pour voir si le dossier ira de l'avant ou si Les Verts mettront à profit ce report pour amener d'autres amendements et profiter ainsi d'améliorer le projet.

Date:09.11.2017
Parution: 876

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio