Télécharger
l’édition n°876
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Dans le secret des coulisses

Le Bouveret La troupe du Croûtion célèbrera ses 40 ans l'an prochain, ainsi que les 20 ans de ses spectacles d'été. Du 6 juillet au 11 août, le spectacle «Croix-Rouge» sera signé de la plume du jeune auteur valaisan Lucien Zuchuat. Le metteur en scène Olivier Duperrex dévoile quelques-uns des moments forts des deux décennies théâtrales auxquelles il a pris part.

Pour le metteur en scène, Léonard de Vinci a été l'une des pièces les plus marquantes (ici lors du montage du décor). DR

Entretien: Valérie Passello

Pour ses 20 ans en 1999, la troupe du Croûtion, jadis basée à Vérossaz, cherche un metteur en scène professionnel. Sollicité, Olivier Duperrex refuse d'abord, car la perspective de monter une pièce à la grande salle pour un budget de 5'000 frs ne le séduit pas vraiment. Mais il visite tout de même le village et repère un lieu idéal pour produire un spectacle en plein air. Quelques bottes de paille pour faire office de sièges et c'est parti: le premier spectacle d'été du Croûtion, «La femme du boulanger» de Pagnol, cartonne. Depuis, Olivier Duperrex n'a plus jamais lâché la troupe, désormais installée au Bouveret. Il revient sur ces 20 ans de théâtre estival.

Quel est votre souvenir le plus fou ?

>Le montage de «La Grande Dixence» en 2004. Non seulement il fallait construire l'immense décor, mais en plus, une transformation du terrain était nécessaire. À un moment, il y avait tellement de machines partout que je ne savais plus lesquelles étaient là pour la construction et lesquelles faisaient partie du spectacle.

Votre plus grosse peur ?

>C'était aussi cette année-là. Nous avions imaginé un effet spécial où le comédien Fabrice Bruchez, en haut d'une grue, devait être suspendu à une benne. Toutefois, la scène n'avait pas été répétée. Le soir du spectacle, il était bel et bien suspendu, mais ce n'était pas voulu! Le comédien n'était pas attaché, alors qu'il devait bien se trouver à 30 mètres de haut. S'il était tombé, il n'aurait eu aucune chance de s'en sortir. Heureusement, le grutier a réussi à le reposer en douceur.

Quel a été le spectacle le plus marquant pour vous ?

>«Léonard de Vinci» en 2006, qui était d'une beauté rare. Un spectacle magnifique à tous les niveaux: une musique magnifique, des décors magnifiques, des costumes magnifiques et... un déficit magnifique (rires)!

Une anecdote croustillante ?

>Lors des spectacles d'été, nous vivons ensemble pendant un mois dans des caravanes, un peu comme un cirque ou une famille. Nous avions un couple de comédiens dans l'équipe. Ils devaient se coucher tôt, car les deux travaillaient le matin. À chaque fois que je passais par là et que je les savais endormis, je secouais le timon de leur caravane. Ils s'en sont plaints, mais n'ont jamais su qui était le vilain plaisantin. Je leur ai finalement avoué que c'était moi. Mais bien plus tard, dans le discours que j'ai fait à l'occasion de leur mariage.

Un secret inavouable ?

>Une année, l'une de nos comédiennes chantait horriblement mal. Nous l'avons donc enregistrée et avons mixé sa voix en studio afin qu'elle sonne plus juste. Lorsqu'elle chantait durant les représentations, nous passions en fait la bande son enregistrée. Elle ne l'a jamais remarqué. En sortant de scène, elle s'exclamait: «Comme j'ai bien chanté ce soir!»

Date:09.11.2017
Parution: 876

La Croix-Rouge en mode thriller

Le prochain spectacle d'été du Croûtion, «Croix-Rouge» sera présenté du 6 juillet au 11 août 2018 au Bouveret. Pour l'écriture, la troupe a fait appel au Valaisan Lucien Zuchuat, dont la 1ère pièce, «La jeune fille et les néons», a remporté le Prix interrégional des jeunes auteurs en 2012. Du haut de ses 25 ans, il a publié d'autres textes depuis, mais ce mandat représente un vrai défi, explique-t-il: «C'est vertigineux, je me souviens avoir assisté au spectacle «Les Misérables» quand je n'avais que 10 ans! Mais l'expérience de la troupe offre un cadre rassurant, je vais pouvoir bénéficier de conseils avisés, tout en gardant ma liberté de création».

L'idée de l'auteur est de proposer une trame contemporaine, s'éloignant d'une chronique retraçant les 150 ans d'histoire de la Croix-Rouge. «J'aimerais en faire une sorte de thriller, une enquête à travers laquelle des histoires personnelles seront insérées, renvoyant à des épisodes de la Croix-Rouge», indique Lucien Zuchuat. Tout public, le spectacle intégrera l'ensemble des techniques qui font la marque de fabrique du Croûtion depuis 20 ans. Grues, plateaux tournants, transpalettes électriques, eau, feu et écrans géants seront de la partie.

Dans ce dossier

Documents

Vidéo
Documents audio