Télécharger
l’édition n°876
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

La cage aux folles revient, mais en comédie musicale

Servion Exit la Revue, bonjour la Comédie! Le Théâtre Barnabé prend un grand tournant et affiche pour trois mois «La Cage aux folles», la célèbre pièce de Poiret/Serrault, mais dans une adaptation musicale digne des grandes heures de Broadway.

La comédie musicale permet une approche différente de la pièce, touchant les cordes sensibles notamment grâce à la musique.   DR

Nina Brissot

Evidemment tout le monde se souvient des cris d'orfraie poussés par Serrault (alias Zaza) à chaque contrariété dans le film de Molinaro. Les coups de chaleur d'un Tognazzi et les envols tonitruants de Galabru en politique piégé... Dans cette pièce au succès hors normes, le rire est roi et les situations, même les plus connues, ne cessent de surprendre. Depuis 1973 au théâtre, 1978 au cinéma et 1983 en comédie musicale à Broadway, La Cage a fait, sans discontinuer, le bonheur d'un public toujours resté fan.

En musique et paillettes

A Servion, c'est la version Comédie musicale qui occupera de manière grandiose la scène équipée pour une production à la Broadway. Jugez plutôt: 40 perches électriques et manuelles sur 17 mètres de profondeur de scène, des trappes hydrauliques, une scène tournante et toute l'installation technique qui permet de rivaliser avec Broadway. Dans le casting, Valérie Bovet, metteur en scène, Nancy Juvet et Nadir Graa à la direction musicale, sur des chorégraphies de Mikal Mardas, et une scénographie triplement signée par Séverine Blanc, Malika Gonin et Christophe Demierre, tandis que les 12 acteurs évolueront dans des tenues pailletées imaginées par Caroline Zanetti.

L'imbroglio est lancé

La comédie musicale permet une approche différente de cette pièce, touchant les cordes sensibles notamment grâce à la musique, beaucoup plus diluée dans le film. Mais ce qui fait la différence, c'est la fameuse chanson «Je suis comme je suis» (I am what I am) rendue célèbre par Gloria Gaynor et Shirley Bassey. Emotionnelle, triste mais réaliste, cette chanson donne une autre dimension à cette pièce qui relate la vie de deux homosexuels, tenanciers d'une boite de nuit, la Cage aux folles, et dont Zaza est la primadonna. Un événement va les perturber. D'une autre vie, Georges a un fils, Laurent. Il vient lui annoncer son mariage avec la fille d'un politique en vue. Zaza entend jouer le rôle de la mère dans la rencontre avec les futurs beaux-parents hyper conservateurs. L'imbroglio est lancé... Et les fans de Barnabé ne seront pas laissés pour compte puisque le comédien, qui est aussi l'âme du lieu, tient un rôle dans la pièce.

Date:09.11.2017
Parution: 876

De Broadway à Servion

Avec la Cage aux folles, c'est une méga-production drôle et féérique qui sera présentée au public. Le livret original a été écrit par Harvey Fierstein et les paroles et musique par Jerry Hermann. Elle est bien sûr adaptée de la pièce de Jean Poiret, écrite pour le théâtre. Nommée neuf fois aux Tony Awards aux USA, elle en remporte six, dont celui de la meilleure comédie musicale et du meilleur livret. L'adaptation française a été confiée au théâtre de Barnabé par l'agence américaine qui en détient les droits. Une première tentative d'adaptation française a été créée au Théâtre de Mogador en 1999, sans moyens pour la publicité elle fera un fiasco. Poiret, décédé en 1992, n'en voudra pas et n'ira jamais la voir. Mais, depuis sa création, la Cage aux folles, a rencontré un succès planétaire. La pièce a également été montée en Australie et adaptée dans différentes langues pour être jouée à Berlin, Copenhague, Aarhus, Oslo, Bergen, Vienne, en Italie, à Mexico, en Colombie, à Helsinki, Buenos Aires, Stockholm, Bogota, Tallinn, Moscou, Rio de Janeiro, São Paulo et Séoul.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio