Télécharger
l’édition n°877
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Les parents durcissent le ton

Transports scolaires du Jorat Le dossier des horaires de bus est désormais entre les mains des avocats de Taxis Romontois et de l'Association scolaire du Jorat. Face au blocage de la situation, la section locale des parents d'élèves, l'APE-Jorat, demande une enquête interne et un plan de mobilité. En cause: les importants retards subis par les écoliers depuis la rentrée. Munie de 489 signatures, sa pétition a été remise aux autorités intercommunales et au Canton.

L'APE-Jorat a reçu plus d'une centaine de mails depuis la rentrée de parents inquiets ou en colère à la suite des nombreux retards des bus. Christine Muller, porte-parole, (à gauche) et Mathieu Janin, président, tentent de les aider au mieux. Valérie Blom

Valérie Blom

Les parents veulent faire entendre leur voix dans le conflit opposant l'Association scolaire intercommunale du Jorat (ASIJ) aux Taxis Romontois, l'entreprise responsable du transport des enfants de la région (lire Le Régional 876, 872,871, 870, 868, 866). En cause: des retards importants des bus scolaires depuis cette rentrée, avec de nombreuses conséquences, telles que des absences en cours ou des pauses écourtées. Au point que, le 6 novembre, l'Association des parents d'élèves (APE-Jorat) a déposé auprès de l'ASIJ, avec copie au canton, une pétition de 489 signatures, constituée à plus de 70% de personnes de la région, exigeant notamment de l'ASIJ qu'elle rompe le contrat avec le transporteur fribourgeois. Le 9 novembre à Vulliens, lors de l'assemblée générale de l'APE-Jorat, les inquiétudes étaient réelles pour la suite des évènements, même si les familles n'étaient pas présentes en nombre.

«Pas de directive à recevoir»

«Le comité directeur n'approuve pas la manière de faire de l'APE, surtout de recevoir des directives par M. Janin (réd: président de l'APE-Jorat), réagit Etienne Cherpillod, président de l'ASIJ, contacté au sujet de cette pétition. Nous sommes aussi victimes de cette situation litigieuse.» Outre la rupture du contrat, cette pétition exige la création d'une commission pour enquêter sur ce qui n'a pas fonctionné avec les Taxis Romontois, avec «au moins un représentant du comité de l'APE-Jorat», ainsi que l'édification d'un plan de mobilité régional, formé de toutes les parties concernées, afin d'améliorer et de sécuriser les déplacements des écoliers.

Ce à quoi Etienne Cherpillod répond: «A ce jour, selon nous, aucune situation grave n'est connue. Si l'APE-Jorat a des preuves de situations noires et très dangereuses, qu'elle les apporte. Concernant une commission et une enquête, il n'y a pas de décision, mais le comité directeur a toutes les réponses. Donc il n'y aura pas d'enquête pour confirmer des problèmes dont nous avons déjà connaissance.» Cette stratégie fatigue l'association des parents d'élèves, qui cherche depuis longtemps à discuter autour d'une table avec l'ASIJ. «Il est difficile de faire entendre la voix des parents dans une région où ce n'est pas dans la culture», explique Mathieu Janin, président de l'APE-Jorat. Leur association a reçu plus d'une centaine de courriels depuis la rentrée de parents, parfois en copie lorsqu'ils s'adressent à l'ASIJ ou aux Taxis Romontois. Les membres bénévoles du comité tentent d'aider au mieux les familles en informant sur l'état de la situation. De son côté, l'ASIJ n'est pas fermée à une telle rencontre, mais pour l'heure, la priorité des autorités est de trouver une solution quant aux horaires des bus.

Des années sans horaires efficients

L'APE compte durcir le ton et utiliser les différents moyens légaux à sa disposition pour être prise en considération par l'ASIJ. Le 9 novembre, aucun des dirigeants de l'ASIJ n'avait fait le déplacement. Ni aucun des municipaux membres de l'APE-Jorat, malgré les tensions provoquées par les retards des bus. D'autant que, l'affaire des horaires étant dans les mains des avocats, la situation actuelle risque de perdurer toute l'année scolaire, voire au pire jusqu'à la fin du contrat, dans plus de trois ans. «C'est un conflit d'adultes qui se répercute sur les enfants», s'exclame l'un des parents dans le public lors de l'assemblée de l'APE-Jorat. «Au final, personne ne parle du bien-être des bambins», ajoute un autre. Mathieu Janin résume: «Une partie des autorités peine à reconnaitre certaines problématiques. En outre, le comité directeur n'assume pas sa part de responsabilité concernant l'appel d'offres pour un transporteur. Le jour où il le fera, l'atmosphère sera déjà plus détendue dans la région.»

Date:16.11.2017
Parution: 877

Qui est dans l'ASIJ?

L'Association scolaire intercommunale du Jorat est formée des dix communes suivantes: Jorat-Mézières, Savigny, Forel, Servion, Montpreveyres, Ropraz, Vulliens, Vucherens, Syens, Corcelles-le-Jorat.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio