Télécharger
l’édition n°877
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

À pied, à la chasse aux chaussettes

Marche solidaire La Bellerine Pascale Deppierraz randonne en Suisse romande depuis 2014, rejointe dans ses vadrouilles par tous ceux qui le souhaitent. Partie de Delémont le 3 octobre, elle ralliera Lausanne le 25 décembre. Au long du chemin, elle récolte des chaussettes pour les sans-abris. Reportage.

Pascale Deppierraz (le bras levé, avec la veste violette), ses camarades de marche et des habitants des Dévens ayant amené des chaussettes.

Textes et photo: Valérie Passello

«Par ce temps, je pensais être seule, mais j'ai de la compagnie, c'est super!», s'exclame Pascale Deppierraz. À ses côtés dans le petit train qui s'ébranle au départ d'Aigle en ce dimanche 5 novembre, Angelika et Catherine sont de la partie, bien emmitouflées dans leurs K-ways. Toutes deux ont décidé, un jour, d'accompagner Pascale dans ses périples à travers la Suisse romande. Depuis, elles lui emboitent le pas régulièrement.

Descente du train à Plambuit, départ pour une randonnée d'une quinzaine de kilomètres jusqu'à Bex. Il pleuvra toute la journée, mais qu'importe: des rendez-vous sont pris à différents points du parcours, il ne faut pas les manquer. Avec le sourire et, pourquoi pas, une chansonnette entonnée en chemin, c'est encore mieux. La mission du jour est de récupérer des chaussettes et de la laine pour les sans-abris, dans le cadre du «Projet Chaussettes» que Pascale Deppierraz a mis sur pied (voir encadré).

«Rien ne marche? Alors marche!»

Cheminer côte à côte est propice aux confidences. Avec générosité et sans tabou, la randonneuse bellerine raconte: «J'ai eu de gros problèmes de santé. À tel point que je ne sortais presque plus de chez moi. Je n'arrivais plus à marcher, j'hésitais même à m'acheter une de ces voiturettes pour aller faire mes courses». Mais en 2013, Pascale Depierraz se rebelle contre ce qui semble être la fatalité. Elle change de médecin, change de regard sur sa souffrance, change ses habitudes. «Je me suis dit: rien ne marche dans ta vie? Alors marche!», confie-t-elle.

Dès 2014, elle initie ce qu'elle appelle «Les Vadrouilles à la Madelon». Elle partage ses aventures, ses impressions et de nombreuses photos sur les réseaux sociaux. Et au fil des kilomètres parcourus, tout se décante, sourit-elle: «Alors qu'avant je ne voyais presque personne, les gens ont commencé à venir vers moi, à me rejoindre sur le chemin. Ma santé s'est améliorée, mais aussi mes relations avec mes proches».

Joindre l'utile à la vadrouille

Marquée par la vue d'un sans-abri endormi en plein Lausanne au matin de Noël 2016, Pascale Deppierraz a souhaité agir à son échelle, dans un élan solidaire. Du 3 octobre au 25 décembre, elle a défini précisément le parcours de ses vadrouilles, afin que les donateurs de chaussettes puissent la retrouver facilement.

À la gare d'Ollon, alors que les sandwiches sortent des sacs, une jeune femme apporte les premières pelotes de laine de la journée, «de quoi tricoter deux paires de chaussettes, taille 41!», s'enthousiasme Pascale. La troupe s'étoffe en outre de trois nouvelles marcheuses. Aux Dévens, plusieurs familles se sont mobilisées. En plus d'avoir amassé chaussettes et autres couvertures, les habitants accueillent les randonneuses avec un délicieux thé, bienvenu au vu de la météo. Bex sera la dernière étape et il faut presser le pas, car là encore, un rendez-vous est pris.

La marcheuse bellerine aurait-elle lancé le mouvement d'un cercle vertueux? Si elle reste modeste sur ce point, ses compagnes de balade saluent sa démarche, à l'instar d'Angelika: «Pascale accueille chacun comme il est, avec bienveillance. Cet état d'esprit fait que, quelle que soit la situation ou les gens qui l'accompagnent, quelque chose de positif en ressort».

Date:16.11.2017
Parution: 877

De la chaleur pour Noël

Depuis le 3 octobre au départ de Delémont, le «Projet Chaussettes» de Pascale Deppierraz est en marche. Elle livrera les paires recueillies, ainsi que celles tricotées au fil de son périple, le 25 décembre à Lausanne. La Maraude, un mouvement citoyen dont le but est de rendre moins difficile la vie des plus de 100 sans-abris que compte la cité, se chargera de la distribution. L'idée est également d'offrir aux bénéficiaires présents ce jour-là un jus de pommes chaud aux épices.

Les personnes intéressées à fournir des chaussettes, de la laine, à tricoter des paires de chaussettes ou à offrir du jus de pommes et des épices peuvent prendre contact via le site: www.vadrouilles.ch

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio