Télécharger
l’édition n°877
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Raconter sa survie, pinceau à la main

Epalinges Pour marquer leur intégration, des migrants du groupe d'accueil ont peint une toile de 12 mètres de long, racontant leur périple jusqu'en Suisse. L'œuvre est achevée mais cherche un nouveau propriétaire. Son emplacement actuel, l'Auberge du Chalet-à-Gobet, va fermer.

La peinture a permis aux migrants d'exprimer leurs émotions. DR

Valérie Blom

Les images traversent les continents. Un mur brisé. Une atmosphère sombre et lourde qui, peu à peu, s'éclaircit. L'histoire d'une vie ou plutôt, de la survie. Les migrants du groupe d'accueil d'Epalinges (GAMEP, voir encadré) ont peint leur épopée jusqu'en Suisse sur une paroi provisoire des locaux à l'Auberge du Chalet-à-Gobet. Malheureusement, l'EVAM (Etablissement vaudois d'accueil des migrants) va prochainement fermer cet hébergement et le GAMEP espère trouver un nouveau propriétaire pour la fresque.

Excellent moyen d'occupation

«Si quelqu'un ou un organisme lui offrait une deuxième vie, nous en serions très heureux, car l'œuvre est poignante», développe Yves Delacrétaz, président du GAMEP. Peu leur importe le lieu, il n'est pas nécessaire qu'elle reste autour d'Epalinges ou même dans le canton de Vaud. «L'idéal serait que le tableau demeure accessible au public», ajoute-t-il. Il encourage tout un chacun à découvrir les coups de pinceau des réfugiés. «Il s'agit d'un problème mondial et d'une histoire universelle. L'idée est d'abord venue des bénévoles, puisqu'ils sont toujours à la recherche d'activités. Les migrants ont beaucoup apprécié. Surtout que le dessin est parfois un moyen d'expression plus aisé pour raconter son histoire...»

Le réfectoire de la salle à manger de l'auberge a été séparé avec une grande paroi de panneaux d'aggloméré. C'est là-dessus que l'œuvre a pris forme. L'histoire est celle du parcours d'un oiseau vers la liberté. A terre, un groupe de gens suit la même route, sur un pont qui prend toutes sortes de configurations. Le spectateur voit défiler l'Erythrée, l'Ethiopie, le Soudan, la Libye, l'Italie, la Suisse, mais aussi la Syrie, la Turquie, la Grèce, la Hongrie, l'Autriche... Le volatile rencontre de nombreux obstacles, tels que la traversée d'une mer déchaînée ou un milieu carcéral.

Baisse des migrants en Suisse

Le 2 novembre, au lendemain de l'inauguration de la fresque de 12 m sur 2,2 m de haut, le GAMEP apprenait la fermeture des locaux de l'Auberge. L'EVAM fait face à une baisse des arrivées de migrants. «La Suisse ferme ses frontières et la route depuis l'Europe de l'Est est bloquée. De plus en plus de réfugiés cherchent à rejoindre le Vieux Continent mais cela s'avère compliqué. Nous arrivons donc à une situation paradoxale: des milliers de personnes dorment dehors et nous fermons des locaux à disposition. Je déplore la gestion du problème à l'échelle européenne», confie tristement Yves Delacrétaz.

Date:16.11.2017
Parution: 877

Appui en français, récréation et aide scolaire

Créé en 2014 pour accueillir les requérants d'asile hébergés à Epalinges et environs, le Groupe d'accueil des migrants à Epalinges (GAMEP) est une association locale d'environ 150 membres. Ses bénévoles offrent des appuis de français, des activités récréatives et un accompagnement administratif aux migrants du Chalet-à-Gobet, mais aussi dans d'autres lieux d'hébergement EVAM tels que la maison «Les Terrasses» (Epalinges). Du fait de la présence de familles avec enfants scolarisés, le GAMEP y propose également un appui scolaire quotidien.

Dans ce dossier

Documents

Vidéo
Documents audio