Télécharger
l’édition n°879
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Cette année, Zeus remplace Jésus

Lausanne Zeus et Cie est le spectacle 2017 proposé du 1er au 3 décembre à Beaulieu par les enfants de La Paternelle, une mutuelle sociale. Particularité, l'auteure de cette pièce originale est âgée de... 19 ans. Confidences d'une amoureuse de théâtre qui suit actuellement les cours Florent à Paris.

Arès, fils de Zeus, et Solène, suivront-ils le destin funeste des amoureux maudits Roméo & Juliette? S. Monachon

Valérie Blom

Quel sera le sort d'Arès, fils de Zeus, et de Solène, simple humaine? Suivront-ils le destin funeste des amoureux maudits Roméo & Juliette? Ou seront-ils tels Rodrigue et Chimène, de l'ouvrage Le Cid, et finiront-ils par s'unir? Zeus et Cie, une comédie jouée par la compagnie des Paternelles (voir encadré) du 1er au 3 décembre à Beaulieu, raconte leur histoire. Elle a été écrite par Ludivine Marwood, jeune auteure de 19 ans. «Je trouve plus facile d'élaborer une pièce qu'un roman, confie-t-elle. J'adore le théâtre depuis toute petite. J'ai commencé à prendre des cours à deux ans et demi.»

Amour, amitié, Perséphone

Depuis son enfance, Ludivine Marwood est attirée par la mythologie grecque. «C'est un univers tellement vaste, avec beaucoup de matière. C'est magique et très nourrissant.» Zeus et Cie se partage en trois actes, décrivant les aventures d'Arès et Solène, dépeints d'abord comme des «amis». «Beaucoup d'histoires d'amour commencent par une amitié très forte. Même avec un coup de foudre, une complicité va se développer en parallèle au désir», raconte la Lausannoise, plutôt lucide pour son âge.

Elle admet d'ailleurs se poser de nombreuses questions sur les relations amoureuses. «Il y a certainement un part de mon vécu dans mes textes. On écrit forcément sur soi, même si je ne m'en suis pas encore rendu compte pour cette pièce-ci.» Sa propre vie n'est pas la seule à lui avoir servi de muse. Son entourage se retrouve dans certains de ses personnages, ainsi que la légende de Perséphone.

Le théâtre, un direct permanent

Actuellement, Ludivine Marwood suit les cours Florent à Paris, une école professionnelle d'acteurs, pas encore certaine de faire de la comédie son métier. «J'aime le théâtre car c'est une famille. Les émotions qu'on y ressent sont tellement intenses, que l'on soit spectateur, acteur ou metteur en scène. Les mois de répétitions permettent de tisser des liens puissants entre les protagonistes. De plus, ce que l'on crée ne dure qu'un temps avant de disparaître à jamais. Cela rend les instants encore plus magiques et précieux.» Eprise de cinéma, elle préfère toutefois jouer sur scène que devant une caméra. «Il faut être le plus naturel possible. On ne peut pas tenter de nouvelles interprétations entre chaque prise alors que sur les planches nous sommes dans l'obligation de se réinventer chaque soir.»

Date:30.11.2017
Parution: 879

Au service des veuves et des orphelins

La mutuelle d'assurance la Paternelle a été créée en 1884, à l'origine pour aider les veuves et les orphelins, lorsque le père mourait. Très vite, un spectacle pour Noël est mis sur pied chaque année, qui a perduré. Aujourd'hui, la société propose d'assurer un parent, ou les deux, en cas de décès. Les enfants des assurés se voient proposer de prendre part à la pièce de théâtre annuelle. «En général, environ 200 bambins s'inscrivent, explique Yves Buergin, responsable communication. Cette fois encore, de 8 à 20 ans, ils dansent, chantent et jouent!»

Dans ce dossier

Documents

Vidéo
Documents audio