Télécharger
l’édition n°880
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

« Donnons-nous les moyens d'une police de qualité »

Lutry Une augmentation de 155'000 frs sur le budget de la sécurité est vivement contestée. En cause, la baisse du temps de travail du personnel de la police de Lavaux, de 42,5 à 40 heures, ainsi que l'octroi d'une semaine de vacances supplémentaire.

L'Association de police Lavaux, qui a son siège à Lutry, dessert six communes, soit quelque 22'000 habitants. DR

Aline Ecuyer

Péril sur l'Apol! Une proposition budgétaire a mis le feu aux poudres du dernier Conseil de l'année, samedi 2 décembre. En cause, une augmentation de 155'000 frs pour l'Association de police Lavaux, regroupant les communes de Lutry, Bourg-en-Lavaux, Puidoux, Chexbres, Rivaz et Saint-Saphorin, soit un bassin de quelque 22'000 habitants. Thierry Buche (PLR) tire une première salve en proposant un amendement pour maintenir le budget au même niveau qu'en 2017, à savoir 3,525 millions, supprimant ainsi la hausse de 155'000 frs prévue pour 2018. Il juge nécessaire «d'envoyer un signal clair» pour contrer la progression continuelle des coûts de l'Association. Cette augmentation s'explique notamment par la récente décision de l'assemblée intercommunale de l'Apol (Association Intercommunale Police Lavaux) de baisser le temps de travail hebdomadaire de son personnel, de 42,5 heures à 40 heures, et de lui octroyer une semaine de vacances supplémentaire.

L'amendement du clan PLR a été combattu par la gauche, notamment par Claude Weber (Soc). Ce dernier juge «la mise en place de conditions de travail favorables au personnel et bénéfiques pour la commune puisqu'elles diminuent le taux de rotation et améliorent la qualité du personnel». Et l'élu de souligner que, lors de l'assemblée intercommunale de l'Apol en septembre, «seuls trois des dix conseillers Lutryens étaient présents...» Or c'est à ce moment qu'il aurait été possible de combattre cette hausse.

D'une même voix, le syndic et le municipal de police Killian Duggan ont appelé au refus de l'amendement. «Nous devons nous donner les moyens pour atteindre nos objectifs. Nous avons besoin de collaborateurs de qualité qui restent. Car c'est le contact continu avec la population qui fait une bonne police», martèle Killian Duggan. En toute fin de débat, Thierry Buche lance une dernière cartouche sous les bravos d'une partie de l'assemblée: «Imaginez maintenant les effets sur les finances communales si tous les autres services demandent les mêmes conditions?»

Mais l'amendement est refusé à une très courte majorité (30 contre 26 favorables et 14 abstentions). Ceci après quelques secondes de tension, l'assemblée restant suspendue au verdict des scrutateurs.

Date:07.12.2017
Parution: 880

Budget 2018 déficitaire

Le président de la commission des finances, Etienne Blanc (PLR), signe un rapport en demi-teinte: «Le déficit d'1,694 million de frs n'est pas une bonne nouvelle. Certes, il est léger mais il traduit une mauvaise tendance. Il faudra rester attentif aux charges de la péréquation qui restent aujourd'hui incertaines et rester rigoureux dans la tenue des cordons de la bourse.» Le budget a été accepté à une large majorité.

Total des charges: 71'042'00 frs (+ 6.32%)

Déficit : 1'694'000

Marge d'autofinancement: négative de 53'000 frs

Total des investissements: 5'343'000 frs

Entrée ouest de Lutry: il faut communiquer

Elément clé de la liaison Est-Ouest, la requalification de la route cantonale doit permettre l'arrivée des bus à haut niveau de service (BHNS). Sorte de tram sans voies, cette ligne devrait accueillir, avec une cadence élevée, des bus d'une capacité de 150 personnes, bénéficiant de la priorité sur les autres usagers, notamment à l'aide d'un couloir aménagé.

A Lutry, cela se traduira par de grands travaux sur la route cantonale à l'entrée ouest de la cité dès 2019. Une première estimation des travaux s'élève à 31,7 millions. Une situation qui a poussé Jean-François Chapuisat (Vert'libéraux) à exiger une étude pour un plan de communication efficace auprès de la population. D'où un débat nourri entre les conseillers et la Municipalité. Cette dernière ne souhaite «pas dévoiler son plan de communication car ce sont des informations stratégiques qui pourraient être utilisées contre nous.» Mais la motion a été adoptée par une large majorité et la Municipalité devra bel et bien communiquer ce qui s'annonce comme l'un des plus gros chantiers de la commune.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio