Télécharger
l’édition n°880
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Regardez-le dans les yeux...

Aigle Antoine Kamber donnera son premier spectacle «Invitation à l'hypnose» le 22 décembre à la salle de l'Aiglon. Rencontre.

Fasciné par le fonctionnement du cerveau, Antoine Kamber souhaite avant tout faire découvrir les possibilités de l'hypnose à son public.

Textes et photo: Valérie Passello

Le regard est bleu acier, perçant. La voix est douce. Usant de ces atouts, mais aussi d'une certaine capacité à «lire les gens», comme il dit, Antoine Kamber s'est lancé il y a deux ans dans une activité hors du commun. Ce jeune Chablaisien de 24 ans hypnotise son monde. Une compétence qu'il s'est découvert un peu par hasard, raconte-t-il: «C'est arrivé du jour au lendemain. J'avais vu un spectacle d'hypnose, j'ai d'ailleurs toujours été attiré par le fonctionnement du cerveau et toutes ses possibilités. Lors d'une soirée dans un chalet, j'ai essayé sur des amis et ça a marché», sourit-il.

Engagé dans des bars et des soirées privées, Antoine Kamber a pu s'exercer, peaufiner sa pratique. «Je ne dirais pas que c'est un don, il n'y a pas de mystère ou de secret. Mais c'est un sentiment spécial, un bon sens de l'analyse qui me permet de savoir si la personne que j'ai en face de moi est réceptive. C'est comme si je ne faisais qu'un avec elle, je comprends ce qui lui arrive. Je suis alors dans ma bulle et je ressens davantage d'énergie», décrit-il. À ce jour, il estime à 2'500 le nombre de sujets qu'il a réussi à envoûter.

Du show à la thérapie

Désireux d'approfondir son talent, Antoine Kamber s'est lancé dans une formation d'hypnothérapeute, qu'il est en train de terminer. Le fait d'avoir déjà pratiqué a facilité cet apprentissage et lui a permis de mettre des mots sur une technique qu'il maîtrisait de manière innée. «Il faut faire la distinction entre la thérapie et l'hypnose de spectacle, la démarche n'est pas la même. Mais les deux ne sont pas incompatibles», assure-t-il.

Pour le côté scène, le jeune homme est déjà monté sur les planches lors de la Revue du Chablais, invité par la société «Aigle s'éclate». Une belle vitrine qui a su séduire les sceptiques, selon lui: «J'ai passé beaucoup de temps à donner des explications, à faire des démonstrations. Après m'avoir vu à l'œuvre, ceux qui avaient des doutes sont convaincus. Il y a une grande curiosité au sein du public, mais certains ont peur qu'on leur fasse faire n'importe quoi. Pourtant, ce n'est jamais le cas. Même sous hypnose, les gens restent maîtres d'eux-mêmes et peuvent à tout moment refuser de se plier à ce qu'on leur demande».

Un nouveau Messmer?

Impossible d'évoquer l'hypnose sans songer au maître du genre, l'artiste canadien Messmer, vu dans de nombreuses émissions télévisées. Mais Antoine Kamber ne cherche pas à l'imiter: «Messmer est un showman, alors que moi, je souhaite vraiment mettre l'hypnose en avant. Je préfère rester en retrait, c'est un choix», affirme-t-il, même s'il reconnaît qu'il travaille tout de même sa présence scénique aux côtés d'une troupe d'improvisation.

Après sa prestation aiglonne, le jeune artiste, qui est actuellement éducateur auprès de personnes âgées, ne cache pas son envie de se produire en Suisse romande l'an prochain et de terminer sa tournée à Lavey, le village où il a grandi.

Date:07.12.2017
Parution: 880

Une expérience unique

Le 22 décembre à 20h30 à la salle de l'Aiglon, le public d'Antoine Kamber peut s'attendre à vivre une véritable aventure. «Toutes les personnes réceptives monteront sur scène», promet-il. La première partie du spectacle visera à mieux faire comprendre le phénomène de l'hypnose et à démontrer à quel point les limites du corps humain peuvent être dépassées, lorsque le cerveau se trouve dans un état hypnotique. Plus ludique et avec la participation d'un comédien d'improvisation, la seconde partie fera entrer les hypnotisés dans les rouages d'un jeu télévisé, comme s'ils étaient les candidats d'une vraie émission. Ils s'affronteront dans diverses compétitions, comme un concours culinaire ou une course de chevaux, par exemple. Antoine Kamber encourage les plus hésitants: «Il faut simplement se laisser aller, profiter de la vie et essayer de nouvelles expériences. Cela dit, le public d'un tel spectacle est en général plutôt ouvert».

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio