Télécharger
l’édition n°881
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

7 millions de plus pour les écoles

Aigle Malgré un vif débat, le Conseil communal a validé le 30 novembre un crédit complémentaire pour la construction d'un pavillon scolaire destiné à l'enseignement primaire dans le quartier de la Planchette. L'objet comprend aussi la location de modules provisoires pour la période des travaux.

Après de longues discussions, une majorité de l'assemblée s'est prononcée en faveur du crédit complémentaire pour la construction du collège «Kiwi»

Textes et photos: Valérie Passello

Rénover ou construire du neuf? La question revient sur le tapis au sein du Conseil communal en ce 30 novembre. Alors qu'un crédit de 24,3 mios a déjà été voté en 2015 pour la réhabilitation et le renforcement structurel du collège des Dents-du-Midi (DDM), situé dans le quartier de la Planchette, le législatif doit se prononcer sur l'octroi d'un crédit complémentaire de 6,9 mios. Il s'agit de construire dans le même périmètre un nouveau pavillon, baptisé «Kiwi», comprenant 11 classes primaires et 5 autres salles répondant aux besoins actuels en matière d'enseignement. Cet ouvrage, composé d'éléments modulaires préfabriqués, est devisé à 5,17 mios. Le solde du crédit soumis à l'aval du Conseil communal doit servir à louer des structures provisoires pour accueillir les élèves durant la rénovation du DDM.

La solution retenue offre un avantage en termes de coûts et de délais de réalisation, précise la municipale des bâtiments, Isabelle Rime: «Une construction traditionnelle en dur aurait entraîné au moins 5 ans de procédures. Elle aurait dû être soumise aux marchés publics et faire l'objet d'un concours d'architecture, pour un montant d'environ 9,8 mios. Ici, la construction passera par le marché d'une entreprise totale spécialisée et pourra être mise à disposition des écoles dans le courant 2019, pour près de 5 mios de moins». Dans un deuxième temps, des terrains de sport seront aménagés sur une parcelle voisine, selon un montant et un calendrier encore à définir (voir encadré).

L'Entente monte au front

Désormais coutumière du fait, l'Entente aiglonne joue à nouveau son rôle de parti d'opposition. Par la rédaction d'un rapport de minorité d'abord, signé Philippe Bellwald, membre de la commission ad hoc chargée de l'étude du préavis. Mais ses arguments, portant notamment sur le risque sismique, sont finalement jugés «erronés» et balayés par une majorité de l'assemblée, à la lumière des explications d'Isabelle Rime. Deux autres membres de l'Entente se succèdent alors à la tribune.

Corinne Di Marco calcule: «En 2005, il ressortait des études que la construction d'un collège neuf coûterait dans les 40 mios. Or, si l'on cumule le crédit du DDM, celui du Kiwi, ainsi que l'investissement pour les futurs terrains de sport, qui oscillera sans doute entre 1 et 1,6 mio, nous arrivons déjà à 32 mios. Je peine à comprendre. Nos enfants et enseignants ne valent-ils pas mieux que la rénovation d'un vieux collège?», s'interroge-t-elle. Livio Hurzeler, quant à lui, ne cache pas sa perplexité, évoquant «un manque de clarté dans les explications données» et craignant des soucis d'organisation dans le déplacement des élèves au moment des travaux.

Envie d'aller de l'avant

Seul Christophe Barbezat est à contre-courant de ses camarades de l'Entente: «Il faut que ce dossier avance enfin. Je soutiens ce projet, en émettant le vœu que le préau soit laissé ouvert en-dehors des horaires scolaires afin de favoriser les échanges intergénérationnels et de permettre à différentes associations d'y mener des activités», précise-t-il. Le socialiste Claudio Mariano abonde dans son sens: «Ce dossier est dans les tiroirs depuis 2005. Même si le projet a peut-être été mal ficelé au départ, il faut aller de l'avant, car aujourd'hui, nos enfants ne sont pas dans un collège digne de ce nom». Le PLR Philippe Pasche estime quant à lui: «Si l'on considère la saga qui nous a menés jusqu'ici, nous constatons qu'un gros travail a été fait. La solution semble équilibrée, avec l'ensemble des bâtiments sur un même site, ainsi que l'amélioration de la qualité des terrains de sports et leur mise à disposition des habitants du quartier».L'objet finit par passer la rampe par 49 voix pour, 12 contre et une abstention.

Date:14.12.2017
Parution: 881

Sportif, convivial et écolo

Deux amendements ont été acceptés par le plénum et soutenus par la Municipalité. Le premier, soumis par la commission ad hoc, demandait à l'exécutif de s'engager formellement à déposer deux préavis découlant de l'objet validé le 30 novembre.

L'un, à déposer dans le 1er trimestre 2018, devra prévoir la création d'installations sportives extérieures le plus rapidement possible après la construction du Kiwi, afin de limiter au maximum l'absence de terrains de sports. L'autre, à déposer à l'horizon 2021, devra proposer un aménagement routier et la création d'une zone de rencontre sur le chemin de la Planchette et la route de la Rapille, après la fin des travaux du DDM et du Kiwi.

Le second amendement, déposé par Alternatives-Les Verts, demandait d'ajouter au crédit de 6,9 mios un montant de 300'000 frs, afin que le Kiwi réponde aux critères Minergie. L'acceptation de cet amendement porte le crédit complémentaire à 7,2 mios.

Dans ce dossier

Documents

Vidéo
Documents audio