Télécharger
l’édition n°881
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Devenir propriétaire avec peu de fonds propres, c'est possible

Financement En comparaison avec l'Europe, la Suisse est encore un pays de locataires. Mais la baisse des taux hypothécaires de ces dernières années est en train d'inverser la tendance. Les nouvelles possibilités d'emprunter à taux fixe jusqu'à 20 ans et la hausse des loyers incitent à l'accession à la propriété. L'apport de fonds propres reste problématique, mais des alternatives sont possibles.

Les nouvelles possibilités d'emprunter à taux fixe jusqu'à 20 ans et la hausse des loyers incitent à l'accession à la propriété.

Magaly Mavilia

Si les banques ont sévèrement durci les conditions pour l'accession à la propriété, il est tout de même possible, dans certains cas, de devenir propriétaire avec peu de fonds propres.

Comment réunir les fonds propres?

Les deux conditions de base pour accéder à la propriété sont de fournir 20% de fonds propres (dont 10% qui ne proviennent pas du 2e pilier) et de disposer d'un revenu trois fois supérieur aux charges. Aujourd'hui du fait des taux hypothécaires très bas, la question est de savoir si l'argent du 2e pilier peut rapporter plus. Si c'est le cas, ce capital peut tout de même être «virtuellement» utilisé de deux façons: le nantissement ou le placement hypothécaire auprès d'une fondation de prévoyance.

Le nantissement

Certaines banques autorisent le nantissement du capital de prévoyance (le 2e pilier). Cela signifie qu'une partie de cet avoir est constitué en garantie au créancier et que l'argent n'est pas retiré. Cette solution, si elle est acceptée par le créancier, comporte plusieurs avantages. Le capital de prévoyance est conservé. De fait, les prestations à la retraite ne vont pas subir de baisses. Autre avantage, le retrait anticipé est imposable, ce qui n'est pas le cas du nantissement, exception faite en cas de réalisation du gage immobilier.

Enfin, nantir évite de subir des réductions des rentes en cas d'invalidité ou de décès et les intérêts continuent de s'accumuler.

Alternative attrayante

Le placement hypothécaire auprès d'une fondation de prévoyance constitue une alternative attrayante. Elle est peu connue du grand public car c'est un système de financement de biens immobiliers qui ne passe pas par les banques ou les compagnies d'assurances. Le fonctionnement est proche du nantissement, exception faite que les intérêts hypothécaires sont versés dans un fonds collectif auprès d'une fondation de prévoyance. La cédule hypothécaire constitue la garantie et les avoirs, ainsi que les prestations du 2e pilier, restent intacts, tout comme pour le nantissement. Partant de cette solution, il est possible de réaliser un plan de prévoyance complémentaire qui comprend de nombreux avantages. C'est une démarche relativement complexe et l'on ne peut que conseiller de s'adresser à plusieurs fondations afin de comparer les offres.

Assurance vie et 3e pilier

Pour réunir le 20% de fonds propres nécessaires à l'achat d'un bien immobilier, on peut encore utiliser les fonds d'une assurance-vie ou le 3e pilier. Certaines banques concèdent aussi un emprunt plus élevé, mais cela nécessite de bons revenus pour assumer les charges immobilières.

Il est aussi possible de faire une demande de cautionnement auprès d'une coopérative. Mais ces dernières sont extrêmement sévères sur les conditions et les frais peuvent s'avérer très importants. A considérer donc avec la plus grande prudence.

Compliqué? Pas tant que ça

Bien construire un plan financier n'est pas une opération à la portée de tous. Les conseils que nous pouvons donner sont de ne pas se précipiter, ni de se laisser presser par le vendeur. La préparation du financement doit être entreprise dès que possible. Même si l'objet de ses rêves n'a pas encore été trouvé. Dans cette démarche, de nombreux spécialistes neutres peuvent vous aider. Des bureaux de conseils, un fiduciaire avisé ou encore les chambres immobilières cantonales (Vaud, Valais, Fribourg, etc.).

Il est possible de s'affilier par internet à la chambre immobilière de son canton avant même d'avoir acquis un bien. Pour une somme symbolique, le futur propriétaire peut compter sur les conseils de spécialistes avisés. Les chambre ont pour but d'informer, de former et de défendre les droits des propriétaires. Des cours, des séminaires, de nombreuses publications ainsi que tous les formulaires officiels sont proposés.

Date:14.12.2017
Parution: 881

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio