Télécharger
l’édition n°883
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Coup de foudre à l'EMS

Santé Pour tordre le cou aux préjugés, les EMS vaudois et jurassiens diffusent depuis début décembre un film explicatif sur les prestations offertes par leurs établissements. Le dynamique et déjanté Pierrick Destraz tient la vedette de cette visite guidée ludique et joviale, tournée en partie à Vevey, d'un lieu qui peut paraître plutôt effrayant que réjouissant. Avec à la clé sa demande en mariage d'une résidente de 101 ans.

DR

Aline Ecuyer

«Il n'y aurait pas moyen de s'arranger pour venir avant l'âge de la retraite?», questionne tout sourire Pierrick Destraz alias Tonton Pierrick. Dans le film interactif de l'Association vaudoise d'établissements médico-sociaux (AVDEMS), le fils d'Henri Dès emmène le spectateur à la découverte de la large palette de prestations offertes par les établissements médico-sociaux (EMS). Visible ci dessous et sur le web depuis le début du mois de décembre, le film traite avec humour toutes les questions que l'on peut se poser sur la vie en EMS.

Ton décalé

Pour casser l'image d'«asile de vieillards malheureux», l'AVDEMS met les petits plats dans les grands. Le film est dynamique, la musique de fond est vivante, tout le monde est heureux, le soleil brille et Pierrick Destraz donne à l'ensemble un ton décalé tout en restant instructif: «L'EMS de vos rêves n'est pas forcément le plus proche de vous géographiquement.»

Une image toute belle, toute propre qui tranche avec les différentes affaires qui, régulièrement, défrayent la chronique: violence des patients contre le personnel ou maltraitance des résidents par les soignants. «Ces problèmes méritent d'être dénoncés, réagit Henri Boiron, directeur de la Fondation Beau-Séjour à Vevey, où a été filmée une partie des séquences. Mais c'est important aussi de montrer que ce n'est pas forcément le cas. L'EMS n'est pas juste un mouroir où les gens s'éteignent et où il ne se passe rien».

Un large choix d'activités...

Accueil de jour, court et long séjours ou encore appartements protégés, tout y passe. Pierrick Destraz détaille les prestations. «Contrairement aux idées reçues, les résidents ne sont pas parqués devant la TV à longueur de temps», explique l'artiste. Avant de s'essayer aux différents services, comme la danse avec un robot, le yoga, la Wii ou encore le bain sec à vagues. «C'est un peu le Club Med...icalisé?», finit-il par demander à une résidente qui acquiesce en riant.

... et une demande en mariage

«Germaine, voulez-vous m'épouser?» Genou à terre, l'extravagant musicien glisse la bague au doigt de Germaine Rossier, résidente de 101 ans, touchée et amusée par cette proposition inattendue. La scène dégénère joyeusement sous les coups de coussins (voir photo de page 1). «Certes, on ne fait pas de batailles de polochons tous les jours, s'amuse Henri Boiron. Mais l'objectif est de montrer la diversité de nos offres en y apportant de l'humour et de la modernité».

Une opération de communication aux petits oignons pour redorer le blason des EMS et démystifier la fin de vie en institution: «Ce n'est pas la prison, développe Henri Boiron. Si vous ne vous plaisez pas à quelque part, vous avez le droit de changer et d'essayer un autre établissement. C'est simple et sans contraintes.» Et Tonton Pierrick de conclure en chantant avec un groupe de bénéficiaires: «Il ne me reste plus qu'à attendre d'avoir l'âge pour pouvoir rester!»

Date:11.01.2018
Parution: 883