Télécharger
l’édition n°883
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

St-Légier s'arme contre les crues

Infrastructures 71'000 frs seront investis dans des équipements de protection contre les intempéries et la revitalisation du ruisseau Rio Gredon. Si les débordements de 2015 n'avaient fait aucun blessé, ils avaient provoqué de nombreux dégâts matériels.

Certains cours d'eau possèdent déjà des équipements qui devront être améliorés. DR

Léandre Duggan

Alors que la Suisse croule à nouveau sous les intempéries, le 27 avril 2015, l'eau avait fait des siennes sur la Riviera. Les cours d'eau de Bendes, situés sur la commune de St-Légier, et des Tollettes, sur celle de Blonay, avaient débordé. Plus de peur que de mal, aucun blessé, mais de nombreux dégâts matériels. L'eau avait déplacé des gravats, provoqué des éboulements ou encore inondé des caves. Une première étude menée en 2016 avait révélé la nécessité de sécuriser certains cours d'eau et leurs ouvrages.

Sécuriser les cours d'eau

Le préavis accepté le 8 décembre dernier est composé de deux volets, le premier portant sur les ouvrages de protection contre les crues, le deuxième sur la revitalisation du Rio-Gredon. Le crédit d'étude permettra, entre autres, de présenter un projet définitif et de mettre à jour la carte des dangers naturels, pour les ouvrages de protections. Certains cours d'eau possèdent déjà des équipements qui devront être plus ou moins améliorés. Pour la plupart des travaux, il s'agira de poser des herses ou des cages afin de limiter les risques d'obstructions, à chaque endroit où le cours d'eau passe dans une conduite. La commune devrait percevoir un subside de l'État, pouvant se monter à 60 %. En plus des études présentées, une autre est en cours. Elle est menée conjointement par le canton, Blonay, La Tour-de-Peilz et St-Légier pour corriger les ruisseaux de l'Oyonne et de la Scie.

Revitaliser pour prévenir

L'étude se penchera aussi sur le ruisseau du Rio-Gredon. C'est notamment un secteur du ruisseau qui longe la voie de chemin de fer «Vevey — Les Pléiades» qui inquiète. Le mur de soutènement est en mauvais état et les autorités ne veulent pas prendre le risque de voir l'eau déborder sur les rails. La Municipalité souhaite aussi se pencher sur les tronçons amont et aval de l'autoroute.

Si la revitalisation du ruisseau a des vocations écologiques, elle participe aussi à prévenir les inondations. «Le débit d'un cours d'eau à ciel ouvert va moins vite que lorsqu'il est mis sous tuyau», explique le syndic Alain Bovay. Il ajoute que la démarche volontariste va dans le sens des incitations fédérales. Le canton offre un subside de 60 % pour les études, qui peut se monter jusqu'à 90 ou 95 % en cas de réalisation. «Le préavis dans son ensemble se justifie par le souci de nous prémunir contre des risques naturels, conclut la commission ad hoc, auxquels nous nous savons exposés».

Date:11.01.2018
Parution: 883

Des mesures pour retenir les entreprises

Au cours de sa dernière séance de 2017, le Conseil communal a accepté de financer une étude pour la densification de la zone d'activité du Rio-Gredon. Situé sur le site de la Veyre, «l'endroit est destiné à accueillir des activités artisanales, industrielles et tertiaires, pour répondre aux besoins régionaux, conformément à la politique cantonale des pôles de développement économique», explique la Municipalité dans son préavis. Les entreprises sont aujourd'hui une trentaine. C'est l'une d'elles qui a fait accélérer les choses. Voulant s'agrandir, elle se heurte au cadre réglementaire actuel qui l'en empêche. L'exécutif a donc réagi pour éviter de voir certaines entreprises quitter son territoire. Elle prévoit une densification principalement en hauteur. L'étude se penchera donc sur l'aménagement, mais aussi sur l'environnement et la mobilité. Sur ces derniers points, le législatif a insisté. «Les entreprises qui souhaitent s'agrandir devront présenter des plans de mobilité», rassure le syndic. Le service cantonal de la promotion économique et du commerce a déjà décidé d'octroyer à la commune une aide de 50 % du coût total des études.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio