Télécharger
l’édition n°883
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

A la gare, la gabegie va durer

Aigle Des élus reviennent à la charge pour limiter à 20 km/h la vitesse autorisée sur la Place de la Gare. En cause: la sécurité des piétons. Impossible tant que durent les travaux dans ce secteur, rétorque le syndic, soit deux à quatre ans.

«Il n'y a pas de problème de vitesse. C'est sur le sentiment d'insécurité que nous devons travailler», estime le syndic. V. Passello

Amit Juillard

Les piétons sont-ils en danger sur la Place de la Gare? La vitesse autorisée de 50 km/h dans cette zone où ils cohabitent avec automobilistes, transports publics et, actuellement, plusieurs chantiers, inquiète AlternativeS-Les Verts. En marge du débat sur le budget, le 15 décembre dernier (voir encadré), ses membres ont de nouveau demandé à la Municipalité de réduire la limitation à 20 km/h et ainsi d'honorer sa promesse de novembre 2016. «Notre premier postulat en ce sens a été accepté en mai 2015. Nous ne comprenons pas pourquoi l'exécutif n'a toujours pas agi, s'interroge Katleen Boucher, auteure de l'interpellation. C'est pourtant une source de préoccupation au sein de la population. Parfois, il est impossible de traverser parce que les voitures roulent trop vite.»

«Ne pas aboyer avec la meute»

Le syndic PLR Frédéric Borloz confirme qu'il empoignera le sujet, mais après la fin des travaux prévue dans les deux à quatre ans. Entre giratoires et projets immobiliers, le secteur subit plusieurs mutations. «Pendant cette période, c'est tout simplement impossible. La circulation sera amenée à évoluer pour permettre aux différents projets de progresser. Il ne sert donc à rien d'aboyer avec la meute.»

Sur la gestion actuelle du lieu, le syndic souligne qu'elle n'est pas assurée par la Municipalité mais par les services de police. Idem pour la dangerosité du périmètre, selon lui discutable: «Il n'y a pas de problème de vitesse. C'est sur le sentiment d'insécurité que nous devons travailler. Aujourd'hui, il y a surtout un souci de place dû à la quantité de véhicules et de piétons de passage.» Une réponse qualifiée de «facile» par Katleen Boucher, qui, avec ses collègues de parti, maintient qu'une solution transitoire doit être possible.

Date:11.01.2018
Parution: 883

Le passage du train oblige au gel des constructions

Tout reste ouvert pour la réorganisation des lignes de chemin de fer régionales. Le Conseil communal a validé le 15 décembre la mise en place d'une zone réservée dans le secteur «En Martinet», situé entre l'Avenue Veillon et le Chemin de l'Ecluse. De fait, la constructibilité des parcelles est gelée pour une durée de 5 ans, pouvant être prolongée de 3 ans. L'étude de différentes variables concernant les tracés des lignes Aigle-Leysin et Aigle-Sépey-Diablerets par les Transports publics du Chablais devrait donc se poursuivre dans des conditions favorables.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio