Télécharger
l’édition n°887
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

La poupée dont on ne saurait voir les formes

Lutry Pour son master en histoire et science des religions à l'Université de Fribourg, Virginie Pache a mené une étude sur l'adaptation de la poupée Barbie dans les pays musulmans. Cette étudiante lutryenne s'est intéressée à tous les avatars de cette Barbie jusqu'à la version voilée.

Côte à côte, Barbie et la Fulla, expriment les différentes cultures d'un point à l'autre de la planète.

Propos recueillis par Nina Brissot

Avec ses formes de femme, voire de pin-up, Barbie a révolutionné le monde de l'enfance, attirant l'attention des petites filles beaucoup plus sur la femme qu'elles deviendront que sur la mère prête à bercer. En plus, flanquée de son copain Ken, elle montre une indépendance qui n'était pas, jusque-là, connue dans le monde des poupées. Or elle s'est adaptée en fonction des mœurs et des cultures dans différents pays musulmans, notamment depuis la montée d'un Islam plus radical, comme l'explique Virginie Pache étudiante à Lutry.

C'est une recherche de longue haleine que vous avez menée. Pourquoi avoir choisi le monde des poupées pour expliquer la culture musulmane?

> L'Université de Fribourg a proposé un séminaire sur les développements les plus récents de l'Islam, à partir de trois approches: la finance, le marketing du halal et la mode. Comment expliquer les effets de la globalisation sur un Islam qui s'inscrit dans une société de consommation? C'est par mes recherches sur la mode et les vêtements des Musulmans que j'ai découvert les poupées voilées, produites aussi bien en Iran, en Indonésie, à Dubai, qu'aux Etats-Unis.

La «Fulla», qui semble être la plus populaire des poupées voilées, n'est-elle pas un exemple de soumission pour les femmes autant que Barbie se veut image de la liberté?

> Il y a certainement une influence de l'Islam radical, mais la Fulla est aussi un jouet correspondant à des valeurs non-occidentales et plus adapté qu'une Barbie blonde aux yeux bleus. Même si la Fulla apprend aux filles à se voiler, elle peut cependant devenir docteure, professeure, ou pilote d'avion et elle a un nombre infini d'accessoires, maquillage, robes de soirée, etc.

Aujourd'hui, on rencontre, même en Europe, beaucoup de femmes qui portent le hijab alors qu'elles n'y sont pas forcées. Pensez-vous qu'il s'agisse d'un effet de mode, mettant en vitrine un savant maquillage ou, comme la Fulla, pour répondre à un code religieux?

> Vers 1970, la Syrie a interdit le voile, alors qu'aujourd'hui, il s'est généralisé. Toutefois, il n'est pas une preuve de fondamentalisme. Depuis quelques années, il y a un mouvement de mode. Nombreuses sont les Musulmanes qui expliquent sur YouTube comment accorder le voile au sac à main! Ce que ces femmes veulent démontrer, c'est ce que recherche aussi la Fulla: une femme peut être à la fois voilée et indépendante. Le voile leur permet de s'insérer dans une société de consommation, tout en respectant leurs traditions religieuses. Si vous achetez la Fulla avec son habit et son tapis de prière, vous recevrez également une paire de bottines à talons!

Date:08.02.2018
Parution: 887

Dans ce dossier

Documents

Vidéo
Documents audio