Télécharger
l’édition n°888
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Quoi de neuf sur l'A9

Belmont La foule s'est déplacée en masse à la séance d'information organisée par le groupe d'opposants aux travaux d'élargissement du tunnel de Belmont. L'occasion de rappeler la détermination de la population locale.

Fluidifier le trafic devra passer par un élargissement ou un autre tracé DR

Nina Brissot

«Faites opposition aux travaux A9» est une association qui en deux ans a réussi à fédérer sur une liste 103 membres, du jamais vu dans la région. Sa campagne visant à refuser les travaux d'agrandissement des tunnels sur la commune de Belmont a soulevé plus de 300 oppositions qui sont parties à Berne. Du jamais vu non plus. C'est dire si le sujet est chaud.

«Ils sont chez eux»

En préambule à sa deuxième assemblée générale, qui se déroulait le 8 février à Belmont (voir encadré), son président Carlos Nunes avait invité le public à une séance d'information, qui a vu affluer plus d'une centaine de personnes. En début d'assemblée, Gustave Muheim, syndic des lieux, est venu donner un éclairage sur ce qui peut être espéré des décisions de Berne et le resituer dans le temps. Il a aussi rappelé que, dans sa planification, l'Office Fédéral des Routes (OFROU) a agendé cette section à partir de 2040 et que, malheureusement, les communes sont impuissantes à imposer quoi que ce soit car les terrains concernés appartiennent à la Confédération. «Ils sont chez eux et peuvent faire ce qu'ils jugent bon de faire», relève Gustave Muheim, avant d'ajouter qu'il faut rendre à César ce qui lui appartient et de souligner: «C'est la toute première fois dans l'histoire connue de l'OFROU que cette instance prend contact avec la population locale.»

A ce stade, Berne doit se prononcer sur l'une ou l'autre des quatre options. L'information devra la remonter au Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC) et à différents offices fédéraux. Tout cela va probablement durer jusqu'à la fin 2018 pour qu'un positionnement soit donné. Viendront alors les étapes suivantes dont une mise à l'enquête et, suivant les choix, sans doute d'autres oppositions.

Contre le Conseil fédéral

Avant la partie statutaire, Carlos Nunes a invité Philippe Mingard, l'ingénieur lutryen co-auteur avec Bruno Giacomini de la variante Alternative 2050, qui a inspiré l'une des quatre possibilités retenues par Berne, sur 16 (voir Le Régional 884) à venir les commenter. Philippe Mingard a ferment combattu la 1re version qui passe par l'élargissement de l'actuelle autoroute entre Vennes et Montreux et va contre le message du Conseil fédéral qui dit: «L'élimination du goulet d'étranglement entre Lausanne et Montreux via l'adjonction d'une voie de circulation n'est pas réalisable pour des raisons liées au trafic et aux incidences sur l'impact sur l'environnement et le paysage.» Philippe Mingard plaide pour la dernière variante, inspirée du projet Mingard-Giacomini: «La variante 4 est incontestablement la meilleure car elle permet d'absorber entièrement en tunnel le trafic futur tout en supprimant les nuisances dues au bruit et une préservation du paysage de Lavaux, appuie l'ingénieur. Cette variante n'a de sens toutefois que dans la mesure où elle se raccorde au tracé existant hors des zones habitées de Belmont de manière à les préserver du bruit. Il s'agirait de supprimer l'autoroute actuelle avant le pont sur la Paudèze et d'abandonner le projet de rélargissement de l'autoroute A9 entre Vennes et Lutry qui est bloqué actuellement par plus de 300 oppositions.»

Tronçon sans tunnel

Philippe Mingard a encore insisté sur le rôle des communes, même si les terrains concernés ne leur appartiennent pas: «Nous sommes également d'avis que l'ensemble des communes de Lavaux doivent très rapidement informer la population et prendre position sur le choix de la variante qui permet de préserver au mieux Lavaux et en informer l'OFROU de manière à démontrer avec conviction et détermination le choix proposé par l'ensemble des communes de Lavaux.» Les auteurs du projet Alternative 2050, Giacomini et Mingard, plaident pour une solution qui, selon eux, présente des avantages non négligeables. A savoir un tronçon entièrement en tunnel sans nuisances, tout en préservant le paysage, la récupération de 100 hectares de terrain en Lavaux et, cerise sur le gâteau, sans perturbation du trafic durant les travaux. En résumé, rien de bien neuf sur l'A9, mais chacun veille au grain.

Date:15.02.2018
Parution: 888

Tir groupé de l'association

Déroulée, dans une ambiance à la fois d'optimisme mais aussi d'inquiétude, l'assemblée a permis aux citoyens de poser des questions relatives au rôle de l'association. Va-t-elle défendre chaque opposant? Carlos Nunes est clair: «Nous ne pouvons pas prendre en charge les intérêts personnels de chacun. Nous avons regroupé trois points qui concernent tout le monde. 1) la nature des travaux (élargissement ou tunnel), 2) le bruit et 3) les glissements de terrains pas rares dans la région. Point sur lequel l'OFROU a déjà annoncé qu'il entrerait en matière.» L'association, qui continue de grandir, a un deuxième rôle: devenir les représentants de la liste dite A, qui réunit tous les opposants qui ont utilisé le modèle de lettre fourni par l'association. Ce qui permet de diminuer le nombre d'interlocuteurs envers Berne, et si nécessaire lancer un recours groupé.

En images

Documents

Vidéo
Documents audio

Dans ce même dossier