Télécharger
l’édition n°888
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Le ticket de bus restera salé

Aigle Depuis que la cité est incluse dans la communauté tarifaire Mobilis, le prix de l'abonnement au bus communal a fortement augmenté. Donnant suite à un postulat, la Municipalité obtient une zone unique pour son territoire. Elle poursuivra ses efforts d'accompagnement pour lisser le saut de prix engendré, sans toutefois avoir de prise directe sur la tarification.

La fixation des prix pour le bus communal n'est ni du ressort de la commune, ni de celui de l'exploitant, les TPC en l'occurrence, mais bien de Mobilis.

Textes et photo: Valérie Passello

Petite victoire pour les usagers des transports publics aiglons, l'arrêt de Fontanney est dorénavant inclus dans la zone 80, alors qu'il avait été classé en zone 141 «pour tenir compte de la pente et maintenir les recettes des TPC (Transports Publics du Chablais)», d'après la communauté tarifaire Mobilis. Municipale de la mobilité, Maude Allora s'en réjouit: «Nous avons insisté sur la problématique des écoliers. Il n'était pas juste que les enfants de Fontanney paient un ticket sur deux zones, simplement pour se rendre à l'école. Désormais, il n'y a qu'une seule zone pour toute la commune.»

Mais faire partie de Mobilis, comme c'est le cas pour le Chablais vaudois depuis décembre 2016, c'est aussi se plier à des conditions bien précises. L'avantage pour les voyageurs est de pouvoir acquérir un ticket unique pour emprunter différents types de transports dans une zone donnée. L'inconvénient, c'est que pour un petit trajet dans un seul bus ou un train, la note est plus élevée qu'auparavant.

Pas d'exception

À Aigle, le conseiller communal UDC Jean-Yves Delapierre déposait, lors de la séance du 16 décembre 2016, un postulat relatif «à la très forte augmentation de l'abonnement annuel du bus communal», induite par l'entrée dans la communauté tarifaire (voir Le Régional 840). Soutenu unanimement par le législatif, le texte, qui demandait «la modération de l'effort financier consenti par les Aiglons» et «la création d'un abonnement uniquement pour le bus communal», a été renvoyé à la Municipalité. Cette dernière remettra sa réponse lors de la séance du 22 mars.

La fixation des prix pour le bus communal n'est ni du ressort de la commune, ni de celui de l'exploitant, les TPC en l'occurrence, mais bien de Mobilis. «Lorsqu'il existe une communauté tarifaire, les prix des transports publics sont déterminés par celle-ci avec le canton», précisent les TPC. «Il est clair qu'une tarification spécifique pour le bus communal ne peut être envisagée», tranche donc l'exécutif aiglon.

Aujourd'hui retiré de la vie politique, le postulant Jean-Yves Delapierre réagit tout de même: «Par cette proposition, je pensais à des personnes de condition modeste ou âgées, qui habiteraient au centre-ville et auraient l'usage du bus communal uniquement, pour aller boire leur café au MMM Chablais Centre, par exemple. Ceux-là n'ont pas forcément besoin d'une offre multimodale. Pour un retraité qui doit économiser chaque sou, payer 200 frs pour l'abonnement annuel était encore supportable.» À ce jour, l'abonnement pour les usagers à l'AVS est passé à 600 frs, mais il est valable dans toute la zone 80.

La commune aide à faire passer la pilule

Depuis décembre 2016, la commune d'Aigle rembourse la moitié de la différence de prix entre l'ancien abonnement du bus communal et le nouveau, annuel et mensuel. Une cinquantaine de demandes ont été enregistrées, pour 19 abonnements juniors, 6 abonnements adultes et 26 abonnements seniors. «Il est néanmoins prévu, comme suggéré dans le postulat, de reconduire cette mesure au-delà de la période transitoire annoncée, voire de l'étendre», précise la Municipalité.

Dès 2019 et pour un montant total évalué à 19'000 frs, la commune devrait prendre en charge 20% du prix de l'abonnement annuel dans la zone 80. En outre, «un geste supplémentaire pour les enfants et les adultes modestes» devrait être fait. La Municipalité propose subsidiairement d'endosser 20% du prix de l'abonnement mensuel pour les écoliers et les rentiers AVS/AI.

Date:15.02.2018
Parution: 888

Abonnements en légère baisse

Au total en 2017, le nombre d'abonnements permettant de circuler dans toute la zone 80 de Mobilis, donc sur l'ensemble de la commune en bus ou en train, est de 65 annuels et 153 mensuels. À titre de comparaison, avant l'arrivée de Mobilis, le total des abonnements à l'usage unique du bus communal était légèrement plus élevé. En 2015, 74 voyageurs ont acquis un abonnement annuel, 168 ont opté pour un mensuel et en 2016, 79 abonnements annuels ont été vendus, pour 185 mensuels. Il n'est toutefois pas possible de dire que les nouveaux tarifs induits par Mobilis ont freiné les usagers de manière significative, car les détenteurs d'un abonnement de parcours CFF au départ d'Aigle peuvent dorénavant prendre le bus aiglon sans supplément de prix.

Le bus d'Agglo augmentera l'offre

Une présentation du futur bus d'agglomération est aussi au programme de la séance du Conseil communal du 22 mars, en réponse au postulat déposé en avril 2016 par conseillère PLR Barbara Devaud, intitulé: «Un bus communal, pour qui? Pour tous?». Cette nouvelle ligne devrait être mise en service en 2019. Elle permettra non seulement de rallier d'autres communes de Chablais Agglo, mais également d'améliorer la desserte au sein de la ville d'Aigle. La ligne actuelle sera combinée à une nouvelle ligne urbaine, ce qui devrait permettre «une cadence aux 15 minutes sur le tronçon Mêlée-route de transit», annonce l'exécutif.

Un point reste encore en suspens, toutefois, concernant le bus d'Agglo. Comme le Chablais vaudois fait partie de Mobilis et pas le Chablais valaisan, cela pose des questions pratiques. Il serait par exemple invraisemblable qu'un Montheysan, achetant son billet dans sa ville, ne puisse pas bénéficier de l'offre multimodale de la communauté tarifaire, alors qu'un Aiglon, lui, en profiterait. Interrogés sur le sujet, les TPC indiquent: «Rien n'est encore défini, des solutions sont actuellement étudiées par le canton du Valais et les communes en collaboration avec les entreprises de transport.»

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio