Télécharger
l’édition n°890
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Transport handicap s'étend

Mobilité Dès cette année, Transport handicap Vaud desservira une zone de Vevey à Monthey, en passant par les vallées chablaisiennes. Entre les limites du bénévolat et l'éclosion du futur Hôpital Riviera-Chablais à Rennaz, un besoin existe pour le transport des personnes à mobilité réduite ou en situation de handicap. Objectif: réduire les coûts de la santé en privilégiant le maintien à domicile.

Transport handicap s'étend

Amit Juillard

Entre 1'000 et 1'500 personnes ont besoin d'aide pour se déplacer dans la région. L'estimation émane de Sylvain Bonjour, directeur de Transport handicap Vaud (THV), alors que l'organisme à but non lucratif s'étend sur la Riviera et le Chablais. «Aujourd'hui, 95% de nos courses se concentrent sur le Grand Lausanne. Vu la demande croissante au fil des ans, notre parc véhicules s'y est centralisé. Cette année, nous avons décidé de nous réimplanter dans l'Est. De Vevey à Monthey, en passant par les vallées chablaisiennes.»

La sortie de terre du complexe hospitalier à Rennaz n'est pas étrangère à cette volonté. «Nous espérons pouvoir collaborer avec l'Hôpital Riviera-Chablais. Des contacts ont été initiés, confie Sylvain Bonjour. Au vu de sa situation relativement excentrée, nous souhaitons faciliter l'accès pour les personnes en situation de handicap ou à mobilité réduite.»

Prestataires débordés

Jusqu'à l'an dernier, le service était assuré par des privés, des compagnies de taxis et des associations de bénévoles comme l'Entraide montreusienne (2'000 transports par an), Quatre roues de secours à Vevey (9'000 courses par an) ou La Croix-Rouge (24'000 trajets par an à l'échelle du canton). THV et ses 73'000 transports par an dans le canton (voir chiffres en encadré) viennent-ils jouer les concurrents? Le chef du géant vaudois réfute: «Nous avons une approche complémentaire. Les structures bénévoles doivent perdurer. Mais elles sont souvent surbookées et les besoins existent. Et n'oublions pas que nous sommes tous reconnus d'utilité publique par l'Etat qui coordonne et planifie les transports via l'Association vaudoise d'aide et de soins à domicile.» Objectif pour THV: 2'500 trajets dans la région en 2018 grâce à l'achat d'un ou deux véhicules équipés. Et à terme, la création d'un à deux postes de travail à plein temps.

Appel de phares aux communes

Dans le but de réduire les coûts de la santé, le maintien à domicile est un des angles majeurs de la politique cantonale. Au cœur de cette stratégie, le transport des personnes à mobilité réduite et en situation de handicap. De la maison au centre de jour ou de soins. Le tarif reste toutefois élevé pour les usagers, âgés de 6 à 90 ans. Si le besoin médical est attesté, l'assurance de base couvre environ 21 trajets par an, au prix moyen de 48 frs, à hauteur de 50%. Les 24 frs par course restants sont à la charge des complémentaires ou du bénéficiaire. Mais c'est pour aller chez le coiffeur ou au cinéma que la facture devient salée. Une dizaine de kilomètres? Environ 55 frs. Non-remboursés. «En région lausannoise, un certain nombre de communes subventionnent les trajets de loisirs jusqu'à 10 km, remarque Sylvain Bonjour. Le prix, de 3,70 frs, équivaut alors pour l'usager à celui d'un ticket de bus. Pouvoir se rendre chez sa famille ou au centre commercial est essentiel pour le maintien du lien social. Dans ce but, ce serait génial si les communes de la région pouvaient participer sur le même modèle.» Aux Municipalités est-vaudoises de prendre le volant.

Date:01.03.2018
Parution: 890

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio