Télécharger
l’édition n°891
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

En marche pour la solidarité

Défi 100 km à pied avec une boussole de visée et une carte pour seuls outils: voilà le pari fou que se sont lancé Régine, Yamina, Tania et Eliane en participant au TREK «Elles marchent», du 9 au 16 mars. Originaires de Lausanne et La Gruyère, ces quatre copines vont se mesurer à des participantes du monde entier dans une compétition solidaire et 100 % féminine en terres marocaines. Rencontre.

En marche pour la solidarité

Jonathan Corbillon

Organisé par l'association «Le Défi du Cœur», ce trek d'orientation a lieu chaque année dans le Sahara marocain et cible toutes les femmes. Des équipes de quatre se mesureront sur quatre parcours différents avec un seul et même objectif: trouver des «bornes» dispersées dans le désert. Tout GPS est interdit et chaque étape se déroule sur une distance d'environ 20/25 km. A quelques jours de leur décollage, Le Régional les a rencontrées.

Qu'attendez-vous de cette course en termes sportif et social?

> «Pour nous quatre c'est un énorme challenge, s'enthousiasme Yamina Illien, initiatrice du projet. Le fait de se surpasser et surtout l'adrénaline que cela provoque en nous dans des conditions difficiles. Ce qui nous plait par-dessus tout est la solidarité féminine qui existe bel et bien même sur une compétition. Nous nous attendons à des dunes, du sable plein les baskets, des ampoules, de la sueur, des cailloux, des larmes. Nous allons aussi faire de belles rencontres avec des femmes volontaires et avoir la chance de pouvoir profiter de l'événement pour donner quelque chose au peuple marocain lors de la journée solidaire. Aider une population dans le besoin, ça nous remplit le cœur de tout plein de belles choses!»

Parlez-nous un peu de ce parcours en plein désert

> «Visiblement ce trek empruntera tous types de terrains: sols caillouteux, dunes, oueds, plateaux, reliefs. Il est donc primordial que nous soyons très bien équipées. Pour chaque étape, plusieurs parcours sont mis en place. Ils sont désignés par un code couleur et sont tous équivalents en termes de difficulté et de distance. Chaque parcours possède sa propre «feuille de route», décrivant l'itinéraire à suivre et les points de contrôle obligatoires (bornes). Une équipe qui n'emprunte pas le parcours défini peut être sanctionnée. Cette sanction peut aller jusqu'à la mise «hors-classement.»

Comment prépare-t-on une course dans de telles conditions?

> «Au début, Régine, Eliane et Tania n'étaient pas des marcheuses, nous avons donc commencé avec 10 km tout doucement et elles m'ont surnommée la Coach, précise Yamina. Puis, elles se sont prises au jeu et durant l'été, c'était à celles qui feraient le plus de km par semaine. Maintenant, nous faisons de grandes marches de 20/22 km dans la bonne humeur et sans fatigue. Actuellement, nous préparons nos pieds. Tous les matins, nous les frictionnons avec du citron et parallèlement à cette opération matinale nous massons nos pieds chaque soir avec une crème grasse. Ceci afin d'éviter les ampoules. Pour le reste, il est très difficile de prévoir comment notre corps peut réagir.» Et Tania Lio Martinez de souligner, avec un peu d'appréhension: «Nous avons toutes une véritable peur des cloques! J'ai également peur d'avoir des hallucinations dues à la chaleur. Tenir le coup durant 4 jours de suite sera difficile avec les conditions météo que nous aurons.»

Date:08.03.2018
Parution: 891

Améliorer le quotidien des femmes marocaines

Si la plupart d'entre elles n'en sont pas à leur coup d'essai (participations et victoire du Rallye des Gazelles), c'est la première fois qu'elles partiront les quatre ensemble. Si c'est le Trek «Elles marchent» qui les a séduites, c'est sans aucun doute pour son caractère solidaire. Les trekkeuses viendront en aide au village de Jdaïd au Maroc. Après la plantation de 130 palmiers grâce aux éditions précédentes, le projet est désormais de construire un mur d'enceinte pour protéger les animaux et de fabriquer des fours à pain et des abreuvoirs pour rendre le quotidien des femmes marocaines plus facile.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio