Télécharger
l’édition n°892
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Lémania, trois générations d'éducation familiale

Formation L'école privée qui s'est fait connaitre en proposant un programme de préparation à la maturité suisse fête cent-dix ans d'existence. Pour célébrer cet anniversaire, elle organise une journée portes ouvertes le 17 mars. Retour sur l'histoire de cet établissement qui a su demeurer au sein de la même famille.

Les élèves de Lémania viennent du canton de Vaud et de l'étranger. Ecole Lémania

Valérie Blom

Dans l'ambiance révolutionnaire du début du XXe siècle, le docteur Paul Du Pasquier veut bouleverser l'éducation en offrant une chance à ceux qui n'ont pas pu étudier à l'école publique. Il fonde alors Lémania en 1908, une structure privée proposant un programme de préparation à la maturité suisse. Depuis, l'établissement a passablement évolué, disposant de toute une brochette de cours en sus des formations à la maturité et au baccalauréat (voir encadré). Le 17 mars, une journée portes ouvertes est mise sur pied pour fêter les cent-dix ans d'existence.

Etudiants étrangers aussi

Depuis sa naissance il y a plus d'un siècle, Lémania est restée dans les mains des Du Pasquier. «Mon grand-père a passé les rênes à Jean et Eric Du Pasquier, ses fils, dans les années cinquante, précise Philippe Du Pasquier, membre du conseil d'administration et directeur d'une des écoles du groupe. Puis mon cousin, Jean-Pierre Du Pasquier a lui-même repris l'entreprise en 1986.» C'est ce dernier qui a choisi d'étendre la «marque» Lémania en ouvrant d'autres écoles en Suisse. Les étudiants proviennent principalement de Suisse romande - essentiellement du canton de Vaud - comme de l'étranger: il s'agit également d'une structure internationale.

Un objectif: le succès

«A l'instar d'autres instituts privés, l'avantage de Lémania est de disposer de classes réduites, souligne Philippe Du Pasquier. L'enseignement est plus ciblé. L'objectif est d'aider chaque élève à atteindre son plein potentiel. Nous avons comme philosophie le succès des étudiants.» Pour y arriver, l'établissement fonctionne non pas par année mais par semestre. De cette manière, si un étudiant est en échec, il ne redouble que les six derniers mois. Il est également possible d'envisager plus facilement des réorientations. Parmi les autres particularités de l'école privée, Lémania Music permet aux apprentis commerciaux de se former au sein d'une entreprise fictive. «A terme, nous souhaitons également ouvrir cette opportunité aux personnes en réinsertion professionnelle», précise le directeur.

Succession inconnue

La diversité des prestations représente l'un des objectifs du futur de Lémania. S'il n'est pas encore certain que l'enseigne demeurera dans les mains de la famille Du Pasquier – aucune stratégie de reprise n'étant communiquée, si ce n'est que la direction précise que la vente n'est pas d'actualité – l'établissement souhaite continuer à profiter des opportunités qui s'offrent à lui. «Nous avons régulièrement des propositions d'autres écoles que nous examinons et que nous acceptons ou refusons. Mais il n'y a pas de stratégie précise. Nous restons ouverts à tout», détaille Philippe Du Pasquier.

Date:15.03.2018
Parution: 892

De la matu au CFC de commerce

Scolaire :
Études secondaires; Maturité suisse (fédérale), baccalauréat français et Internationale baccalaureate (IB)

CFC de commerce :
Formation de base ou élargie, débouchés dans l’administration, la vente, etc. Possible également à travers des cours du soir

Camps d’été :
Avec des programmes intensifs d’anglais ou de français

Cours de langues :
Anglais et français

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio