Télécharger
l’édition n°893
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Un projet qui échappe à la poubelle !

Oron Les deux déchetteries de la commune, à Oron-la-Ville et Palézieux, devraient être réaménagées d'ici à la fin de l'année. Près de 1,5 million seront investis pour remédier à la vétusté des infrastructures et aux problèmes récurrents de circulation des deux sites.

La Municipalité a décidé de proposer dorénavant un tracé préétabli qui fait le tour des déchetteries avant de déboucher sur le centre où sont placées les bennes.DR

Xavier Crépon

Fonctionnalité, fluidité et sécurité, tels sont les maîtres mots des déchetteries 2.0 voulues par l'exécutif oronais. Les deux sites vieillissants des Bures à Oron-la-Ville et du Grivaz à Palézieux, devenus en partie vétustes, devraient être réaménagés d'ici à septembre. Pour mener cette opération à bien, le législatif vient d'accepter un crédit de 1'413'000 frs qui couvrira principalement les frais de rénovations et l'achat de deux nouvelles bennes compacteuses.

Le coût fait grincer

«Nos installations sont dépassées, il faut les remettre au goût du jour.» Le constat est limpide pour Christian Bays, municipal en charge du dossier. Selon les autorités, les deux déchetteries auraient besoin d'un bon coup de neuf, à commencer par le revêtement qui est mité par endroit. Un large goudronnage est envisagé pour combler l'ensemble des trous ainsi que pour solidifier le sol. À cela viennent s'ajouter des frais pour remettre à niveau les halles de stockages qui prennent l'eau.

Un investissement majoritairement compris par les élus, mais dont le coût important fait grincer des dents. «Ne serait-il pas possible d'envisager un aménagement plus sommaire concernant le revêtement?» avance Florian Meyer, membre du groupement indépendant d'Oron. La réponse fuse du côté de Daniel Sonnay, responsable de la voirie: «Aujourd'hui, nous bouchons les trous les uns après les autres, mais ce sont des heures qui restent imperceptibles dans nos comptes. L'argent que nous ne dépenserons pas ce soir sera perdu dans quelques années.»

Impact écologique réduit

L'acquisition de deux compacteuses flambant neuves est également remis en question. Les autorités défendent un achat intelligent qui répond à une demande de la population. «Elles seront plus larges que les moloks actuels qui ne prennent que les sacs de 35 à 60 litres. Désormais, les habitants pourront y déposer des sacs de 110 litres, même en dehors des heures d'ouverture, puisqu'elles seront placées dans une zone accessible.» Pour la commune, ces nouveaux équipements permettront également de faire à la fois des économies à l'avenir, tout en diminuant l'impact écologique. «Le volume au mètre cube sera plus grand lors de nos transports pour l'élimination des déchets, ce qui signifie que nous pourrons faire moins de trajets.» L'ensemble de ces dépenses n'est donc pas une fixette selon l'exécutif, mais représente bien une nécessité.

Si la refonte du plan de circulation et les nouvelles places de stationnement suscitent quelques critiques (voir encadré), le Conseil communal finit par accepter largement le crédit proposé. Une surprise pour Christian Bays. «Au vu du montant des investissements, nous nous attendions à un résultat plus serré.» Il reste désormais à attendre le délai de recours avant de pouvoir lancer les transformations, mais les changements devraient être en principe effectifs d'ici à la fin de l'été.

Date:22.03.2018
Parution: 893

Circulation : « Les gens vont dans tous les sens »

L'autre ambition de ce projet est d'améliorer la circulation au sein des déchetteries. Par moment chaotique, elle est devenue une problématique préoccupante pour les autorités. «Sans vraiment de circuit défini, les gens vont dans tous les sens. Plusieurs fois, nous ne sommes pas passés loin de l'accrochage», clame Christian Bays. Dans la même ligne, le syndic Philippe Modoux veut surtout assurer la sécurité des utilisateurs. «Nous ne pouvons plus accepter ce désordre. Que fera-t-on lorsqu'il y aura un accident par manque d'attention? Il est temps de réguler la situation.» La Municipalité a décidé de proposer dorénavant un tracé préétabli qui fait le tour des déchetteries avant de déboucher sur le centre où sont placées les bennes. À leur proximité, plusieurs places de stationnement provisoire seront mises à disposition afin de pouvoir décharger ses déchets. «Ce seront des places d'arrêt, pour déposer et repartir. Marquées au sol, elles ne seront pas destinées à ceux qui veulent tailler la bavette pendant une heure, comme ce fut parfois le cas par le passé». Le projet prévoit également de créer des places supplémentaires à l'extérieur des enceintes (38 aux Bures et 25 au Grivaz) afin de fluidifier le trafic au sein même des deux sites. Le stationnement sur ces emplacements sera à l'heure afin d'éviter le parasitage. Certains doutent toutefois de l'efficacité de ces mesures. «Ce sont de belles idées, mais la fluidité dans ces déchetteries, je n'y crois pas un instant.» avance un élu. «Il est possible que certaines personnes trient à l'avance, mais une bonne partie continuera de le faire sur place en occupant les espaces mis à disposition.» À voir donc si ces aménagements auront un réel impact.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio