Télécharger
l’édition n°894
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

L'intendant aura des appartements de Prince...

Oron Le Château soigne son gardien: 400'000 frs ont été alloués pour la rénovation de l'appartement de l'intendant. L'occasion pour Le Régional de se faufiler au milieu du chantier et de découvrir les tâches du responsable. Il possède les clefs de la bâtisse et veille à ce que rien ne lui arrive. N'étant pas dans le circuit des tours opérateurs, l'ancienne demeure des baillis, qui se doit d'étinceler, diversifie ses activités pour exister.

André Locher (à g.) a choisi Francisco Galiana pour succéder au poste de gardien.

Textes et photo: Valérie Blom

Vivre dans un château, qui serait tenté? C'est le destin du gardien du Château d'Oron qui, pour des raisons pratiques et de logistique, doit demeurer sur place. Certes, il ne faut pas croire qu'il loge dans le salon vert ou dans l'une des anciennes chambres de bailli, mais dans un espace de 110 m2 qui lui est réservé en face de l'entrée de la bâtisse historique. Actuellement, il subit des importantes rénovations pour pouvoir accueillir son nouvel occupant, Francisco Galiana.

L'ancien locataire, Marcel Sunier, est parti à la retraite. Il a quitté Oron-le-Châtel pour rejoindre les Paccots, étant Veveysan d'origine. L'Association de conservation du Château d'Oron en a profité pour transformer l'appartement de l'intendant, qui lui est réservé. «Nous voulions nous y atteler depuis un moment mais il aurait été compliqué de devoir reloger les occupants», précise André Locher, président du comité.

Toute la famille au Château

En quelques pas, André Locher grimpe les échafaudages qui longent la maisonnette pour montrer les travaux de la toiture. «Nous avons découvert comment les ouvriers de l'époque avaient réhaussé la demeure, lors de la dernière rénovation au début du XXe siècle, précise-t-il, en désignant le toit. Là, nous avons ajouté une isolation thermique et une étanchéité.» Auparavant, l'isolation était fabriquée avec de la paille et du foin. L'appartement sera terminé pour le mois de juin.

L'intérieur, en faisant abstraction du chantier, ressemble à un logement standard. Si ce n'est que quelques éléments rappellent son âge: les fenêtres et l'embrasure des portes sont plus basses. L'association de conservation a opté pour placer la pièce à vivre, salon et cuisine, au premier étage afin de pouvoir profiter au maximum de la lumière. Le rez-de-chaussée pourra constituer un bureau ou d'autres chambres. «Evidemment, le gardien ne vit pas sur place tout seul, mais avec sa famille. Je me souviens que 5 personnes ont déjà cohabité», avance André Locher. Au total, ces travaux coûtent 400'000 frs, payés en partie grâce à des subventions.

Gardien de la sécurité

Le président complète en expliquant que l'intendant doit rester dans la bâtisse pour des raisons de logistique principalement. Lui-même n'y loge pas. «Disposer de quelqu'un dans la demeure permet d'intervenir immédiatement en cas d'alarme feu ou d'intrusion, qui se sont jusqu'ici révélées être de fausses alertes, heureusement», souligne André Locher. Un élément de la sécurité du Château, qui en outre évite de nombreux déplacements au responsable. Actuellement, Francisco Galiana habite Pully et effectue les aller et retour tous les jours.

Mais en sus de posséder les clefs du château, à quoi sert le gardien? En 2018, difficile d'imaginer des hordes d'envahisseurs... Le rôle n'est pas celui de défenseur, mais plutôt d'homme à tout faire du château. «Il doit s'assurer que toutes les parties visitables soient en ordre. Il se charge des petites réparations, de la mise en place des tables pour les réceptions puis des nettoyages. Il veille au bon soin du gravier, désherbe et en hiver évacue les feuilles. C'est un poste de confiance.»

Date:29.03.2018
Parution: 894

Bâtisse historique, Oron «vivote»

Outre les visites, le Château d'Oron dénombre une palette d'activités variées; il organise des brunchs par exemple, ou propose le donjon comme espace d'exposition. La prochaine est prévue à ce propos dès le 12 mai avec une rétrospective sur Giuseppe Scartezzini (peintures, vitraux). Il est également possible de se marier au Château, ou de louer une ou plusieurs salles de réception. «Financièrement, nous nous en sortons, indique André Locher. Concernant les visiteurs toutefois, nous vivotons. Nous sommes quelque peu à l'écart des circuits touristiques et les tours opérateurs, après Chillon et Gruyère, ne vont pas proposer un troisième château.»

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio