Télécharger
l’édition n°894
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Quatre idées pour de nouveaux espaces à vivre

Propriété De nombreux propriétaires ne savent pas qu'ils auraient la possibilité de construire ou d'agrandir sur leurs parcelles. Cela peut sembler étonnant, mais c'est pourtant le cas aux dires des services d'urbanisme et du cadastre des communes. Cela vaut donc la peine de se renseigner et, cas échéant, de se faire plaisir en créant une annexe à sa maison ou en transformant la cabane de jardin en chambre d'amis, bureaux ou espace wellness.

La véranda peut constituer un lien entre deux corps de bâtiment pour un nouvel espace privé ou à partager. LDD

Magaly Mavilia

Avant de rêver, il faut savoir si la réalité le permet. Beaucoup de cas dramatiques ont défrayé la chronique, notamment pour les Tiny House, parce que la première étape du projet avait été négligée. C'est-à-dire se renseigner auprès de sa commune afin de savoir s'il est possible de bâtir ou non. Certaines parcelles sont sous-exploitées depuis toujours, d'autres vont être dézonées et d'autres encore verront leur indice d'utilisation du sol (IUS) augmenter dans le cadre de la Loi sur l'aménagement du territoire (LAT) et des Plans directeurs cantonaux (explications ci-contre). Sur cette base solide, reste à savoir vers quel type de construction se diriger. Une fois ce dernier choisi, il peut être judicieux de vérifier la faisabilité du projet avant de le mettre à l'enquête.

Il existe plusieurs possibilités d'extensions et de constructions, nous en avons sélectionné quatre relativement simples à mettre en œuvre.

La véranda

En général bien tolérée par la législation et le voisinage, la véranda peut se décliner sous plusieurs formes. Classique, accolée à la maison, encastrée entre deux corps de bâtiment ou de type verrière. Dans un cas comme dans l'autre, le projet peut partir dans deux directions: un espace pour l'été ou une version quatre saisons. Cette dernière est plus onéreuse en termes de matériaux, d'isolation et de chauffage, mais elle constitue une vraie pièce supplémentaire. Selon son emplacement, la chaleur du soleil peut réduire les frais de chauffage. Côté sud ou côté ouest, la véranda est un bain de lumière et donne l'impression de vivre dehors tout en étant bien à l'abri du froid ou de la pluie.

Des modules modulables

Lorsque la typologie, l'architecture et la règlementation le permettent, l'ajout d'un module sur le bâti existant peut constituer une vraie plus-value pour le propriétaire. Accolé à la maison, cet espace peut être ou non en lien avec l'habitation principale tout en comprenant une entrée indépendante.

Studio, loft avec mezzanine, deux-pièces ou plus ouvrent de nouvelles perspectives à condition d'être planifiés dans une optique durable et modifiable. Ainsi le studio pour l'adolescent en mal d'indépendance pourra se transformer en atelier ou en bureau pour les parents une fois l'oiseau sorti du nid. Cela permet aussi de faire l'inverse et, avec l'âge, de donner sa maison à ses enfants et d'occuper le deux-pièces attenant.

Gagner en hauteur

Les nouvelles techniques de construction (lire page 29) ouvrent l'horizon de la surélévation. Si les procédés se simplifient de plus en plus, un projet de ce type reste conséquent. La rapidité d'exécution et le concept de parois préfabriquées, qui comportent déjà tous les éléments (fenêtres, électricité, etc.), allègent désormais considérablement les travaux. Par ailleurs, de nombreux artisans de la région se sont spécialisés dans ce type d'ouvrage et fournissent un travail de qualité, durable et qui respecte les normes.

Ma cabane au fond du jardin

Romantique à souhait, la petite cabane au fond du jardin transformée en maisonnette est un vieux rêve d'enfant. Là encore, les entreprises de la région proposent des modèles tout à fait charmants qui ont l'avantage de pouvoir être modifiés selon l'ambiance recherchée. La façon la moins onéreuse d'avoir une chambre d'amis, un bureau ou un espace spa supplémentaire.

Date:29.03.2018
Parution: 894

Le droit de bâtir va augmenter

La Loi sur l’aménagement du territoire et la révision du 4e Plan directeur cantonal vaudois n’ont pas pour unique but le dézonage. Ils visent également, dans certains cas, la densification de terrains affectés en coordination avec la mobilité et les infrastructures. Cela se concrétisera par la mobilisation des réserves en zones à bâtir d'habitation et mixtes en milieu bâti et, là où cela se justifie, par l'augmentation de l'indice d'utilisation du sol (densité) lors de la révision ou de l'élaboration de plans d'affectation.
Selon la mesure A11 du plan directeur cantonal, les 169 communes qui doivent redimensionner leurs zones à bâtir ont jusqu’en juin 2022 pour soumettre leur projet à l'approbation du Canton. (Voir : https://www.vd.ch/themes/territoire/amenagement/plan-directeur-cantonal/version-actuelle/elements-de-contenu/strategie-a/). Ces 169 communes devront adapter leurs zones à bâtir pour que les réserves en zone à bâtir d'habitation et mixte correspondent au potentiel de croissance que leur alloue le plan directeur cantonal. Cela passe par une révision des plans d'affectation. Lors de ces révisions, les communes ne pourront pas modifier les indices d'utilisation du sol à la baisse. En revanche, dans certains cas, elles pourraient augmenter les indices mais devraient alors respecter les densités minimales fixées par le plan directeur cantonal.