Télécharger
l’édition n°895
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

En cure avec Lapp et Simon

Humour Retrouvailles théâtrales pour Patrick Lapp et Jean-Charles Simon. Une première depuis la fin de leur émission «Aqua Concert». Les deux pince-sans-rire remontent sur scène avec leur nouveau spectacle, «Les curistes». Heureux d'avoir pu trouver une salle, ils promettent à leur public qu'ils n'ont pas changé. A voir fin avril à Lausanne et début mai à Vicques (JU) ou Domdidier (FR). Conversation téléphonique décalée avec Patrick Lapp, arraché à sa répétition.

Patrick Lapp et Jean-Charles Simon incarnent deux curistes dans leur nouveau spectacle. L'occasion pour eux de distiller leurs réflexions sur la vie, la mort et le tai chi. DR

Entretien: Amit Juillard

Ils reviennent. Vêtus de peignoirs blancs, ils dégainent leurs blagues et leurs réflexions. Dans «Les curistes», ils incarnent deux compères qui attendent des soins. Assis dans le spa, ils reluquent le temps qui passe. Avec ce regard unique. Pour la première fois depuis la fin de leur mythique émission «Aqua Concert» en 2012, Patrick Lapp et Jean-Charles Simon foulent une nouvelle fois les planches côte à côte. Avec cette complicité qui jamais ne s'est évaporée. Et cette question en toile de fond: «A quoi qu'on sert?» A l'autre bout du fil, Patrick Lapp répond aux questions du Régional.

Vous avez co-écrit les textes, mis en scène ensemble et vous vous donnez la réplique. Ce spectacle, c'est le nouveau précieux bébé de votre vieux couple ?

> Oui. Et c'est un bébé qui se présente par 350 sièges. Pour ce qui est de la mise en scène, elle n'est pas extrêmement compliquée. Nous sommes deux, nous attendons des soins. Sans oublier que nous avons notre âge. Nous ne faisons pas de sauts périlleux en arrière. Ni en avant, nous ne faisons pas ça.

Pourquoi avoir choisi le spa comme univers ?

> J'ai fait quelques thalassothérapies avec mon épouse et je me suis dit: «Pourquoi pas nous?» Au centre thermal, toutes les générations se mélangent. Un bébé peut y côtoyer un mec de 95 ans. Dans le spectacle, nos deux personnages distillent leurs réflexions sur la société, la politique. Parlent de diète, de la mort, de la vie, de tai chi. Avec notre manière de voir les choses. C'est nous, quoi. Ce n'est pas du stand-up, avec des blagues et des chutes, mais il y a évidemment deux ou trois bombes là-dedans. Parce que nous ne pouvons pas nous en empêcher! Nous avions déjà joué une version de ce spectacle aux bains d'Ovronnaz. Mais nous l'avons presque entièrement revisité.

Vous avez décidé de vous lancer dans la confection de la pièce en janvier. Facile de trouver une salle pour le mois d'avril ?

> C'est extrêmement compliqué de trouver un théâtre. Jean Chollet, le directeur de l'Espace culturel des Terreaux, est formidable. C'est quelqu'un qui a une ligne artistique éclectique. Les autres théâtres préparent leur saison un an ou un an et demi à l'avance! Dans la salle des Terreaux, nous retrouverons les spectateurs qui nous aiment bien. Ce sera comme un match que nous jouerons. Si nous perdons, nous descendrons d'une ligue. Mais nos ex-auditeurs ne seront pas surpris. Et comme nous ne sommes plus subventionnés, notre véritable subvention sera le public.

Vous annoncez huit dates. Et après ?

> Nous prévoyons ensuite 250 représentations. On nous a proposé de faire la première partie de Céline Dion. Nous hésitons. Elle commence à prendre de l'âge. Et notre agent est en vacances. Enfin, merci de votre appel. Portez-vous bien. Continuez à voter radical pour nous!

Date:05.04.2018
Parution: 895

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio