Télécharger
l’édition n°896
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Nouveau «non» cinglant à la hausse d'impôts

La Tour-de-Peilz L'arrêté d'imposition pour 2018 a été balayé par 76% des votants. Il prévoyait une hausse de deux points en vue de la construction du nouveau collège Courbet. Un comité multipartite l'avait combattu par référendum. Le taux d'impôts de 64% sera donc reconduit.

Les partis UDC (représenté ici par son président Ludovic Gonin, à droite), La Tour-de-Peilz Libre&PBD (Michaël Rohrer, à gauche), ainsi que PDC et Indépendants ont combattu ensemble la hausse d'impôts de deux points affectés à la reconstruction du collège Courbet.DR

Priska Hess

«Nous pensions que cette hausse d'impôts serait refusée, mais à ce point, nous ne nous y attendions pas! Nous remercions le peuple souverain qui nous a soutenus». A l'annonce des résultats ce dimanche 8 avril, Ludovic Gonin, président de l'UDC La Tour-de-Peilz, jubile. A la suite du référendum lancé par son parti avec les PDC et Indépendants, ainsi que La Tour-de-Peilz Libre&PBD, plus de trois quarts des Boélands ont balayé l'arrêté d'imposition pour l'année 2018 avec un taux d'imposition de 66%, soit une augmentation de deux points, affectés à la construction du nouveau collège Courbet. Un refus encore plus marqué qu'en 2016 contre une hausse de six points, là aussi combattue par référendum. L'arrêté d'imposition 2018 était soutenu par le PLR et les Verts, tandis que le PS avait opté pour la liberté de vote. Quant au taux de participation au scrutin, il a atteint 42,5%.

«Ni justifiée, ni cohérente»

«Ce résultat est une gifle pour la Commission des finances et conforte ce que la Municipalité in corpore avait décidé», résume le municipal des finances Jean-Pierre Schwab. Dans son arrêté d'imposition pour 2018, celle-ci prévoyait de reconduire le taux de 64% de l'impôt cantonal de base. Et c'est sur proposition de la Commission des finances que le Conseil communal avait finalement voté (par 31 voix contre 21 et 7 abstentions) l'augmentation de deux points. «Evidemment qu'une hausse nous aurait donné davantage de moyens financiers, mais elle n'était ni justifiée ni cohérente», poursuit le municipal, en rappelant le bénéfice de 6,8 millions engrangé par la commune en 2016. Quant aux comptes 2017, ils s'annoncent bons eux aussi. «De plus, la demande de crédit de construction pour le nouveau collège Courbet n'a pas encore été déposée – elle le sera en principe au deuxième semestre de cette année».

150 millions d'investissements

Du côté de la Commission des finances, on prend également acte sans grand étonnement de la décision du peuple boéland, «Mais nous sommes surpris par l'ampleur du résultat», reconnaît son président Pierre-André Bugnon (PLR). «Nous ne sommes qu'une commission technique, pas des politicards... Notre rôle est d'examiner les investissements planifiés pour voir si la commune peut les financer et avec quels moyens». En l'occurrence, ces investissements représenteraient quelque 150 millions de francs sur les 10 à 15 prochaines années, dont près de 30 pour la seule construction du nouveau complexe scolaire Courbet. «Pour nous, une hausse d'impôts se justifiait, d'autant plus avec l'entrée en vigueur en 2019 de la RIE III (Réforme des impôts des entreprises), qui générera une baisse des recettes fiscales pour notre commune. Deux points pour la réserve, c'était peu de chose, mais toujours ça. Nous ne sommes peut-être pas très habiles politiquement, mais nous avons fait notre travail comme il se doit. On ne pourra en tout cas pas dire: la Commission des finances n'a rien vu.»

Date:12.04.2018
Parution: 896

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio