Télécharger
l’édition n°896
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

1,2 mio pour des tavillons

Ollon-Villars Soucieuse de préserver son patrimoine, la commune se lance dans une opération de rénovation des toits de ses chalets d'alpage, en tavillons et bardeaux.

Exemple d'un chalet d'alpage, celui du Vesevy, dont le toit de bardeaux a été rénové en 2005 par Olivier Veuve.DR

Valérie Passello

Ce ne sont pas moins de 39 chalets d'alpage qui appartiennent à la commune d'Ollon, dont 32 sont liés à des baux agricoles. Un recensement a été mené l'été dernier, afin d'en jauger l'état. Il s'avère que 11 de ces constructions, dont les toits sont en majorité constitués de tavillons ou de bardeaux, doivent subir une réfection dans les cinq ans à venir.

Pour préserver ce patrimoine, mais aussi afin de contribuer au maintien de l'activité pastorale, ainsi que de la technique ancestrale du tavillonnage, le conseil communal a validé un crédit de 1,2 mio lors de sa séance du 23 mars. Une somme qui pourrait encore être allégée, précise la municipale des bâtiments et domaines Sally Ann Jufer: «Des demandes de subventions ont été déposées, mais nous n'avons pas encore de réponse à ce stade.»

Les toitures seront donc rafraîchies dans les règles de l'art et les nouvelles couvertures d'épicéa devraient avoir une durée de vie de 40 à 50 ans. Sally Ann Jufer ajoute: «Nous avons étudié la possibilité d'utiliser du mélèze, mais même si ce bois a une durée de vie plus longue, il est plus coûteux et surtout utilisé en Valais. Chez nous, les artisans travaillent avec de l'épicéa, c'est un choix réfléchi, en accord avec nos traditions».

Alpages sous la loupe

Un montant de 9'500 frs est compris dans le crédit voté pour mener une analyse des besoins structurels des alpages communaux. «Sans une action volontaire de la collectivité publique, les alpages pourraient être abandonnés par la paysannerie ces prochaines années, provoquant la disparition d'une partie importante de notre patrimoine», argumente la Municipalité.

Pour la commune, l'intérêt est aussi touristique, puisque des paysages entretenus favorisent le tourisme doux. Une fois cette étude effectuée, Un plan d'investissement sera établi pour les objets retenus et des propositions seront faites pour trouver un usage aux chalets qui ne seront plus nécessaires à l'agriculture.

Date:12.04.2018
Parution: 896

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio