Télécharger
l’édition n°896
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Densification : la cité du sel votera

Bex Le comité référendaire opposé au projet de construction du Glarey a récolté près de 1'250 signatures. La population devrait se prononcer sur cet objet dans les trois mois.

En 30 jours, les arguments du comité «Non à la boulimie immobilière» ont manifestement fait mouche auprès de 1'245 Bellerins. Pour rappel, les référendaires contestent le plan partiel d'affectation (PPA) «Glarey II», qui prévoit le développement d'un nouveau quartier, susceptible d'accueillir 623 habitants (voir Le Régional n°890). Les signatures ont été remises le 3 avril au greffe municipal, qui dispose d'un délai de deux semaines pour contrôler leur validité.

Secrétaire du comité référendaire, Vanessa Udriot réagit: «Beaucoup de Bellerins, qui n'habitent pas forcément dans le secteur concerné, ont proposé spontanément de nous aider. Nous avons senti un ras-le-bol général. Les gens en ont marre de voir se construire tout et n'importe quoi, alors que de nombreux appartements sont vides.» Mauvaise compréhension ou méconnaissance du projet au sein de la population, faute d'informations, sont aussi des points qui ont été constatés par le comité.

Place au débat

Sauf énorme surprise, le cap des 786 signatures nécessaires, soit celles de 15% des votants de Bex, devrait être confortablement dépassé. La votation se tiendra donc dans un délai de trois mois, comme l'indique la loi sur l'exercice des droits politiques. Les référendaires ont déjà abattu leurs cartes dans leur argumentaire, pointant de potentiels problèmes de trafic, de nuisances, ainsi qu'un manque d'anticipation en matière d'infrastructures.

Au tour de la Municipalité de faire valoir ses arguments dans les semaines à venir, de manière à ce que les citoyens se prononcent en toute connaissance de cause. Au moment de soumettre le dossier au Conseil communal en 2017, l'exécutif mettait en avant l'harmonie du projet avec la topologie des lieux. Il ajoutait que, selon une étude sur le trafic, le réseau routier existant était à même d'en absorber l'augmentation induite par le PPA.

Le point central des débats devrait être celui des infrastructures. La commune est toujours fortement endettée à la suite de la construction du collège de la Servanne pour 24 mios. Les autorités devront expliquer comment elles comptent faire face à ce futur afflux démographique, de manière à accueillir les nouveaux venus dans les meilleures conditions. vp

Date:12.04.2018
Parution: 896

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio