Télécharger
l’édition n°898
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Tamedia, Blocher et les journaux gratuits...

J'ai cessé de rire, toute charmante Elvire que je suis... Soit par ici, soit par GHI, les loups sont entrés en Romandie. Tamedia l'annonçait il y a une semaine, elle vend ses parts, soit 50% du capital des deux journaux gratuits GHI (Genève Home Informations) et Lausanne-Cités, à la société Zeitunghaus SA, dont Christoph Blocher est administrateur. Les autres 50% appartenant historiquement à Jean-Marie Fleury, éditeur et fondateur des deux titres. Drôle de nouvelle. D'abord pour l'éditeur qui n'a pas été informé, puis pour les autres journaux gratuits romands qui réalisent au passage le nombre de titres déjà en possession du tribun zurichois. A savoir bientôt 28, pour quelque 1,3 million de lecteurs... Le chiffre fait réfléchir.

Les journaux gratuits, comme votre Régional, sont puissants par leur diffusion. Il est donc d'autant plus de notre devoir de veiller à un équilibre, ténu parfois, entre les valeurs que l'on veut donner à sa ligne éditoriale, l'objectivité des articles et le financement qui reste le nerf de la guerre. L'arrivée d'un co-propriétaire aisé à la tendance politique si marquée balaie ce mikado d'un coup de coude.

Des codes sont nécessaires: si une presse très marquée à droite peut s'envisager dans le paysage des gratuits romands, elle doit être identifiée comme telle, afin que même les lecteurs peu intéressés par la politique ne s'y trompent pas. Il ne s'agit plus d'un organe d'information local. Là, des barrières doivent s'ériger.

Le second risque est l'opprobre subie par tous les gratuits, y compris ceux comme le nôtre qui, semaine après semaine, tentent de réaliser un journalisme de proximité, suivent les dossiers des communes, dénichent des scoops, enquêtent. Beaucoup de gratuits n'ont pas à rougir de leur formule, qui n'enlève rien au métier de localier et dont la pluralité des annonceurs garantit une diversité des opinions.

GHI et Lausanne-Cités n'ont pas dit leur dernier mot. Leur fondateur dispose de deux semaines encore pour faire valoir un droit de préemption et racheter à Tamedia la moitié du capital avant Christoph Blocher mais aux conditions proposées par celui-ci. Gageons que cela se fasse. Ironie du sort, c'est le scénario qu'a connu votre Régional en 2015, qui, pour regagner son indépendance, n'a pas hésité à s'endetter sur plusieurs années. C'est notre pari en faveur de l'information de proximité.

Stéphanie Simon, rédactrice en chef

Date:26.04.2018
Parution: 898

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio