Télécharger
l’édition n°900
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Panem et circenses *

Restauration Arriver à sustenter la foule qui se pressera quotidiennement durant la période de la Fête n'est pas une sinécure. Mais ses responsables ont empoigné cette épineuse question avec détermination et une audace certaine.

Les restaurants seront disposés en majorité de part et d'autre de la splendide terrasse de la Confrérie des Vignerons, elle-même jouxtant les arènes. DR

Jean-Charles Simon

Les données sont simples: dans le périmètre proprement dit de l'évènement – qui s'étend de la gare au lac et du jardin Doret à l'hôtel du Lac – on dénombre actuellement, très précisément, 5'978 places dans les différents restaurants existants. Il en faudra plus du double, durant le mois de la Fête, de neuf heures à minuit, non-stop. Et c'est sans compter avec les spectateurs adeptes du fast food, qui se contenteront de grignoter, et surtout, les 2'000 figurants affamés, risquant l'hypoglycémie entre deux représentations. Pour résoudre ce problème, neuf restaurants temporaires, d'une capacité totale de 6'711 places (admirez la précision!) et 56 stands sur une superficie de 6'600 m2 ont été prévus. Ils seront disposés en majorité de part et d'autre de la splendide terrasse de la Confrérie, elle-même jouxtant les arènes, et pourront ainsi offrir aux invités l'incomparable vue sur le lac. Enfin, deux cantines de 1'000 places seront réservées aux acteurs-figurants.

Critères de qualité

Les organisateurs ont affiché une claire ambition gastronomique: du modeste sandwich au repas de luxe, tout doit être bon à manger dans le cadre de la Fête.

Dans un premier temps, durant l'année 2017, les organisateurs ont réuni les responsables des 110 restaurants de Vevey, de la modeste échoppe au prestigieux hôtel cinq étoiles des Trois Couronnes pour leur exposer le projet et leur demander s'ils étaient intéressés à y participer en priorité, de quelque façon qu'il soit. Certains ont répondu banco, d'autres, évidemment, se sont déclarés suffisamment occupés par leur structure existante, sans pouvoir en imaginer une supplémentaire, le temps de la Fête.

Dès le 1er janvier 2018, l'appel d'offre a été ouvert à tous. Des propositions peuvent être encore déposées. Elles seront examinées et toutes impartialement testées et évaluées par la Commission «Restauration», composée de treize membres indépendants et neutres, qui arrêtera une liste définitive en septembre prochain.

Les différents projets doivent évidemment répondre à des critères de qualité gastronomique, gustative et sanitaire indubitables, mais aussi à des possibilités d'offrir un débit suffisant pour répondre à la demande considérable durant ce mois particulier.

Même si le respect du terroir est le fondement même de la Fête et si la cuisine traditionnelle vaudoise restera, Dieu merci, bien présente, les organisateurs ont néanmoins émis le désir que l'on dépasse le traditionnel papet, le saucisson vaudois, fût-il IGP, la fondue ou les malakoffs, et que l'on puisse ouvrir l'offre à d'autres cuisines du monde.

Des «Tapas vaudois» au chef Décotterd

L'éventail des plats proposés sera donc considérable, promet-on. A tout seigneur, tout honneur, commençons par la terrasse de la Confrérie. Vous pourrez vous y détendre en dégustant les «meilleurs crus de la région et d'ailleurs» (voir pages 53 et 55 l'article de Jérôme Aké), mais aussi les accompagner de petits «tapas vaudois», comme le dit joliment Frédéric Hohl, directeur exécutif de la Fête des Vignerons.

Si votre appétit exige plus, vous vous dirigerez, côté Lausanne, vers un grand établissement sur trois étages, qui vous proposera une cuisine familiale sur deux étages, le troisième étant à vocation hautement gastronomique, puisque qu'il sera placé sous la direction de Stéphane Décotterd, le chef du prestigieux Pont de Brent.

Envie de poisson? Un peu plus loin, un restaurant spécialisé vous attend, avec des filets de perches, bien sûr, mais pas que... Et si vous poussez plus loin, vous retrouverez toutes les spécialités vaudoises souhaitées. En bordure du jardin Doret, un restaurant fribourgeois attendra les amateurs de la bénichon et de la fondue au vacherin. Dans l'autre sens, côté Tour-de-Peilz, les «carnivores» ne seront pas oubliés et vous trouverez aussi tous les stands de crêpes, de fast food et autres délices exotiques, salés ou sucrés.

Pour terminer, lors des différentes journées cantonales, les spécialités de la région invitée seront proposées dans la plupart des restaurants ouverts pour l'occasion.

Bref, on le voit, à la Fête des Vignerons, le spectacle et la qualité seront aussi dans les assiettes. Nous voilà rassurés.

*Du pain et des jeux (du cirque)

Date:08.05.2018
Parution: 900

Dans ce dossier

Documents

Vidéo
Documents audio